Le PDG du géant des paiements Visa explique ce qu’il faut faire dans le domaine des crypto-monnaies pour regagner la confiance des utilisateurs après le « désastre de FTX ».

Le PDG du géant des paiements Visa affirme qu’une réglementation plus stricte est nécessaire pour que l’espace cryptographique retrouve la confiance des utilisateurs après l’effondrement de FTX.

Dans une nouvelle interview avec Jim Cramer de CNBC, le PDG sortant de Visa, Al Kelly, dit qu’il espère que la chute de FTX accélérera la surveillance du marché des crypto-monnaies.

« J’espère qu’une bonne chose qui ressortira de ce désastre de FTX pour leurs investisseurs et leurs employés, c’est que nous verrons une accélération vers la réglementation et un penchant pour une bonne réglementation stable de la monnaie. Parce que je pense que c’est ce qui est nécessaire pour redonner confiance aux gens. Et nous verrons au fil du temps. »

Kelly dit que Visa prépare le terrain pour offrir des services impliquant des actifs numériques, car elle anticipe une demande croissante parmi les propriétaires d’entreprises et les consommateurs d’utiliser les cartes de crédit pour effectuer des transactions cryptographiques.

« Nous nous préparons à la réalité de la cryptographie qui pourrait jouer un rôle dans les paiements et les mouvements d’argent. Vous savez, nous ne choisissons pas les gagnants ou les perdants. Nous laissons finalement le consommateur et l’expérience décider. Mais nous créons des voies d’accès et de sortie pour les joueurs de crypto-monnaies, en plaçant des cartes Visa dans les portefeuilles, en permettant de convertir le stablecoin en monnaie fiduciaire, et en permettant d’utiliser leur carte Visa pour faire des achats où ils le souhaitent. Nous travaillons même sur la possibilité de régler avec un commerçant en fin de journée qui souhaite être réglé en stablecoin plutôt qu’en devise. »

Lire aussi:  Où et comment acheter crypto en 2022 ? Guide débutant

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*