Un rapport révèle des signes de violence et de négligence dans deux foyers de soins de longue durée de Montréal

MONTRÉAL – Un rapport commandé par le gouvernement sur les conditions de vie dans deux foyers privés de soins de longue durée à Montréal a révélé des mauvais traitements généralisés à l’égard des résidents des deux établissements.

Les Résidences Floralies, situées dans les arrondissements de Lachine et de LaSalle, ont été mises sous tutelle le 1er septembre, suite à des allégations de mauvais traitements.

Le rapport d’un employé retraité du ministère de la Santé, rendu public jeudi, fait état d' »abus sous toutes ses formes » dans les résidences, notamment de violence et de négligence de la part des employés et d’un manque de traitements et de services.

Des résidents présentaient des plaies non soignées, de la déshydratation et des signes de violence tels que des ecchymoses, et le rapport a révélé que peu de mesures étaient prises pour prévenir les chutes ou traiter les comportements liés à la démence.

L’enquêteur Michel Delamarre a également conclu que les mauvais soins et le contrôle des infections ont probablement aggravé une épidémie de streptocoque A l’été dernier qui a tué six personnes au total.

La ministre des Aînés, Sonia Bélanger, a promis d’agir pour mettre en œuvre les 21 recommandations de Delamarre et améliorer la qualité des soins pour tous les résidents du système de soins de longue durée.

« Ce que nous avons vu à Floralies n’est pas le traitement que nos aînés méritent », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Elle a déclaré que des changements étaient en cours dans l’ensemble du réseau, notamment l’ajout d’inspecteurs, et que son ministère assurerait un suivi pour veiller à ce que les foyers soient conformes aux normes.

Lire aussi:  Anderson inscrit le but de la victoire, Caufield marque deux fois et les Canadiens battent les Maple Leafs 4-3

« Je ne tolérerai aucune forme d’abus, en particulier lorsqu’ils touchent des personnes âgées », a-t-elle ajouté.

Dans le rapport, qui est daté du 7 octobre, Mme Delamarre a constaté des problèmes généralisés dans la gestion des foyers, notamment un manque de personnel qualifié et un manque de coordination et de planification.

Les services professionnels étaient presque inexistants, et l’établissement ne disposait pas de programmes et de politiques concernant « le soin des plaies, l’utilisation de moyens de contention, le suivi du poids, l’hydratation, les comportements liés à la démence, l’évaluation de la douleur ou les soins de fin de vie », peut-on lire dans le rapport.

Ses recommandations comprenaient la création d’un plan complet pour améliorer les soins, notamment en assurant une dotation en personnel adéquate, ainsi qu’une collaboration plus étroite avec les résidents.

Il a suggéré que la province doit également clarifier les rôles et les responsabilités des autorités sanitaires locales et des maisons privées.

Bien que les maisons soient privées, la moitié ou plus de leurs lits étaient occupés par des résidents couverts par un accord avec les autorités sanitaires.

Les parties des résidences consacrées aux soins de longue durée ont été placées sous la tutelle des autorités sanitaires locales pour 180 jours, à compter du 1er septembre, mais cette période pourrait être prolongée si nécessaire, a indiqué la province.

Ce reportage de la EssonneInfo a été publié pour la première fois le 17 novembre 2022.

A propos de Fleury 3728 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*