Voilà 45 ans ans sortait de terre la dalle du Parc aux Lièvres, au centre de tout un ensemble résidentiel qui porte le même nom. A l’époque, ces grands ensembles ainsi que la large place piétonne auguraient une certaine modernité. Les plus anciens locataires de la dalle se remémorent ainsi la visite du président de la République Valérie Giscard d’Estaing, lors d’une de ses célèbres visites aux Français.

Une histoire qui s’apprête à connaître une nouvelle page. D’ici 2021 en effet, la dalle ainsi que les bâtiments attenants doivent être démolis, dans le cadre d’une vaste restructuration du quartier. Décriée pour son architecture jugée « dépassée » par les pouvoirs publics, le quartier s’est vidé de certains de ses commerces et services depuis 10 ans, participant à le dégrader.

Notre enquête : En attendant la destruction de la dalle (juillet 2018)

L'exposition photo de l'association Relief, présentée dans l'appartement du bâtiment 5 ouvert ce samedi 15 décembre dans le cadre du FestiPAL

L’exposition photo de l’association Relief, présentée dans l’appartement du bâtiment 5 ouvert ce samedi 15 décembre dans le cadre du FestiPAL (JM/EI)

C’est ce patrimoine, bâti tout d’abord, mais celui des habitants, à travers leur mémoire, qui est mis à l’honneur à l’occasion du FestiPAL, ce samedi 15 décembre. Dans le cadre d’un projet plus vaste de mémoire filmée du quartier, un collectif de structures et associations est en dynamique depuis l’an dernier pour que le Parc aux Lièvres continue à vivre après sa totale transformation.

Cirque, spectacle pyrotechnique, expositions photos sont proposées tout au long de la journée (14h-21h), avec pour l’occasion, des projections géantes sur les façades d’immeubles, au coucher du soleil. Le Collectif Alambik proposera ses créations visuelles et spectaculaires, tandis que l’association Cinéam et le collectif BKE projetteront leurs images actuelles et passées du quartier. Une façon de valoriser auprès des habitants l’image de ces lieux du quotidien, leur histoire comme leur devenir.

Toute la journée également, un appartement du rez-de-chaussée du bâtiment 5 est ouvert au public, et au chaud cette fois, le public pourra découvrir l’étonnant travail photographique réalisé avec les habitants du quartier par l’association Relief, le projet de sculptures en enduit avec les éducateurs d’Oser, à l’extérieur, et surtout l’expérience de réalité virtuelle, avec les images tournées par BKE sur les toits du Parc aux Lièvres et en drone. Le part belle est donnée aux témoignages d’habitants, et la restitution des ateliers réalisés sur place, comme la fresque intérieure coordonnée par le graffeur Vince.

« L’idée du collectif est de valoriser le quartier et son histoire » explique Elie Seonnet, réalisateur à BKE, pour résumer la démarche du FestiPAL, et le travail de mémoire entourant le Parc aux Lièvres, « ce n’est pas parce que on va le detruire qu’il n’a pas de valeur ». Il s’agit ainsi pour lui de « créer une continuité » entre passé et futur, « surtout à une époque ou l’amnésie est de mise » poursuit-il, souhaitant avant tout « parler des vies, garder une trace, et créer de nouvelles archives pour ceux qui viendront derrière ».

FestiPAL, samedi 15 décembre, sur la dalle du Parc aux Lièvres et place Bizet à Evry, 14h-21h

Plusieurs oeuvres sont pour l'occasion réalisées par les habitants

Plusieurs oeuvres sont pour l’occasion réalisées avec les habitants (JM/EI)