334 tonnes. C’est le poids de dépôts sauvages – hors des jours de ramassage et des encombrants – ramassés cette année à Brétigny-sur-Orge. Un constat alarmant qui incite la municipalité à mettre les bouchées doubles pour remédier à cette forme d’insalubrité, présente dans certains endroits de la ville. La question a été abordée jeudi 15 novembre lors du conseil municipal. Les élus ont approuvé la création d’une « Brigade verte » pour lutter contre les dépôts, les abandons et les jets de déchets sur la voie publique, ainsi que l’affichage sauvage.

A partir de janvier 2019, deux agents de surveillance de la voie publique (ASVP), supervisés par un agent de la police municipale, seront aux aguets afin de détecter la moindre attitude sur l’espace public présentée comme un signe d’incivilité.

« La Brigade verte aura pour mission de détecter et de sanctionner les infractions (…) mais aussi d’informer et de sensibiliser les personnes qui se trouvent sur la voie publique, de relever et de verbaliser les contrevenants, de proposer des solutions pour améliorer la propreté urbaine et l’hygiène », expliquent la ville et son maire Nicolas Méary. Dépôts d’ordures ménagères ou d’encombrants au mauvais endroit ou au mauvais moment, déversement de liquides insalubres (urine, huiles de vidange)… Ces infractions sont passibles d’une amende pouvant aller de 35 € à 1 500 €.

Outre cette sanction, les contrevenants se verront contraints de payer une redevance s’ils refusent d’enlever leurs déchets. Les tarifs varient en fonction du poids. Outre la prise en charge administrative (100 € forfaitaire les deux premières heures + 50 € /heure/agent au delà des deux premières heures), la mise en décharge de déchets végétaux coûtera 36 € par tonnes, les ordures ménagères 76 € et les gravats de chantier 118 €.

L’opposition, qui s’est abstenue lors du vote, s’étonne de la démarche. « Bien sûr qu’il faut faire de la prévention. Mais on aurait dû le faire plus tôt. Ça fait quatre ans et demi que la ville est sale. Les gens se plaignent sur les réseaux sociaux, s’inquiète Steevy Gustave, conseiller d’opposition de Brétigny-sur-Orge. L’ancien maire, lui, prenait ses responsabilités. Il se déplaçait, demandait aux gens de nettoyer sous peine de se voir une amende. Il faisait le tour de la ville pour veiller à ce que soit propre. »

Massy et Evry disent aussi stop aux incivilités

La bataille contre les dépôts sauvages est également menée dans d’autres villes de l’Essonne. L’action menée à Brétigny s’inspire du dispositif mis en place à Massy. Une patrouille y sillonne les rues pour traquer les incivilités depuis début 2017, avec dans leur ligne de mire notamment, les crottes de chien ! La personne qui laisse son toutou faire ses besoins n’importe où risque en effet 168 euros d’amende.

A Evry, des campagnes de sensibilisation ont été lancées sur les panneaux d’affichage, le magazine municipal, sur les réseaux sociaux… « L’objectif est de faire connaître aux auteurs de ces infractions ce qu’ils encourent, avançait la municipalité avant l’été. L’amende correspondant à ce délit peut aller jusqu’à 3 000 €. »

Outre le flagrant délit, les contrevenants pourront également être identifiés et verbalisés grâce aux caméras de vidéosurveillance. La ville avait alors indiqué que 600 tonnes de déchets sont collectées chaque année par ses services.