8h30 ce vendredi matin. A l’heure de la sonnerie du début des cours, ils sont des centaines à occuper le parvis du lycée Georges Brassens. L’établissement situé à Courcouronnes est en effervescence depuis la diffusion de la nouvelle : un jeune scolarisé en 1ère STI2D est sous la menace d’une expulsion, tout comme son père. De nationalité marocaine, Oussama est arrivé en France à l’âge de 16 ans, en 2016. Après une intégration scolaire au sein d’une Unité pédagogique pour élèves allophones arrivants (UPE2A), il entre en seconde à la rentrée 2017 au lycée Brassens, et valide son année ainsi que ses modules linguistiques.

Lorsqu’ils ont appris que le jeune homme se trouvait sous le coup d’une OQTF (Obligation de quitter le territoire français), ses camarades ont lancé la mobilisation au sein de leur établissement. Rejoints par des parents d’élèves et des enseignants de Georges Brassens, ‎ils ont mis en ligne une pétition, à l’adresse de la préfecture, qui a recueilli quelques 2500 signatures. Vendredi matin devant leur établissement, chants et slogans ont été repris par une foule de lycéens déterminés, encadrés par quelques enseignants et les forces de police présentes.

  • En vidéo : aperçu du rassemblement de vendredi matin

Sébastien est représentant des élèves au sein du Conseil de la vie lycéenne, il fait partie des initiateurs du mouvement. Selon lui, « Oussama doit pouvoir passer son bac et poursuivre ses études en France, il est totalement intégré et ça serait un vrai scandale qu’il soit expulsé ». Décrit comme un élève assidu, bienveillant et engagé dans son lycée (il participe à l’atelier théâtre depuis l’an dernier)‎, le jeune homme menacé suscite en tout cas une forte solidarité de la communauté éducative. Ses soutiens ont obtenu un rendez-vous en préfecture pour plaider sa cause cette semaine. Ils promettent de poursuivre la mobilisation si une issue favorable n’est pas trouvée. « Il doit pouvoir reprendre les cours avec nous après les vacances » souligne l’un de ses camarades.