Le Rack’Am ouvre sa saison culturelle et ne fait pas les choses à moitié. En effet, pendant deux jours, le public pourra assister à des concerts avec des artistes d’horizons différents. C’est alors l’occasion de se rassembler pour découvrir des styles de musique variés mais aussi découvrir ou redécouvrir de nouveaux groupes ! Ce Rack’Estival est important pour la salle essonnienne. « Ca marque la reprise de la saison  » explique Elina Lestang, chargée de communication au Rack’Am. « Nous voulions proposer deux soirées pour montrer l’importance de cette reprise. Et, autre raison, nous voulions mettre les chansons à l’honneur et surtout les femmes dans la musique ». Les musiciennes seront donc mises en avant durant ce week-end. Pour en savoir un peu plus sur ces groupes, la rédaction a pu s’entretenir avec deux d’entre eux qui ouvrent ce week-end musical. 

Moïra, un groupe d’influences

Moïra, c’est un style folk avant tout. Et c’est un style qui plait ! Gagnante du dernier « tremplin des jeunes talents », le groupe a su s’imposer devant le public par son style personnel. La chanteuse et fondatrice, Olivia, baigne dans la musique depuis son plus jeune âge. Ses parents l’inscrivent à des cours de musique dès l’âge de 5 ans. Dès lors, elle ne peut plus s’en passer. De la musique classique, elle s’intéresse à la pop folk. « C’est un goût personnel. Ce style m’a intéressé et m’a donné envie d’écrire. Je compose toutes nos chansons » explique Olivia. Pour définir sa musique, difficile de choisir un seul mot. « C’est avant tout folk mais il y a beaucoup d’influences diverses notamment andalouses ou encore irlandaises ». Des origines que l’on retrouve dans son nom de scène, Moïra. C’est un nom d’origine irlandaise qui est très répandu là-bas » explique-t-elle. « J’adore la musique d’Irlande et c’est un beau prénom. Musicalement, c’est l’image que je veux qui se reflète ». 

Au début seule, Olivia est rejointe par Rémi et Clément, ses musiciens. « On s’est rencontré à la FAC de musique. Clément et moi étions dans la même promotion et Rémi, un an avant. Rémi connaissant Clément et c’est ainsi que nous sommes sommes retrouvés trois » explique-t-elle. Aujourd’hui, Moïra a un projet à côté mais le trio espère vivre de celui-ci. « On est professeurs de musique et on désire vraiment vivre uniquement de notre passion ». 
Après quelques années à composer et à jouer, le groupe se retrouve au tremplin jeunes talents du Rack’Am. C’est la consécration. « C’était vraiment une belle occasion qui, de plus, nous offre de nouvelles opportunités  ». Moïra s’élève donc d’un rang et est en préparation d’un album. «  Il devrait sortir en fin d’année prochaine » explique Olivia. Un trio qui a donc un bel avenir devant lui et qui ouvrira le Rack’Estival vendredi.

Paris Combo, de Paris aux Etats-Unis

En tête d’affiche de la soirée de vendredi, Paris Combo. Pour ceux qui ne les connaissent pas encore, c’est l’occasion de les découvrir. Fondé en 1995 et mené par la chanteuse Belle du Berry, le groupe à déjà six albums et une vingtaine de tournées aux Etats-Unis à son actif. Paris Combo a de multiples influences et ne s’essouffle pas. Au contraire, il se renouvelle d’années en années. Pourtant, rien ne destinait Belle du Berry à cet avenir. « J’étais amatrice de musique surtout de punk alternatif. Je n’imaginais pas du tout en faire ma carrière parce que je n’ai pas de formation classique mais c’est en écoutant de la musique que j’ai commencé à pratiquer. Une vraie éponge! » explique Belle du Berry. Et elle ne le regrette pas. «  Ce qui me plait dans la musique c’est d’être créative, c’est l’évasion et le partage avec le public  » poursuit-elle « Et ce n’est pas un engagement uniquement financier, c’est vraiment le concept artistique qui me plait  ». Après quelques années en France, le groupe s’exporte jusqu’en outre-Atlantique et commence des tournées au Etats-Unis. «  On avait tous envie de voyage. L’un des membres est Australien, nous étions tous dans le même état d’esprit.. Nos influences sont vraiment des styles des années 20 de l’est des Etats-Unis ». Le groupe a donc pu voyager et découvrir de nouvelles opportunités mais aussi de nouveaux styles musicaux et avoir confirmation  que le niveau musical n’est pas le même là-bas. Depuis le début, Paris Combo veut dépasser les frontières françaises et ne s’en cache pas. « Ca nous permet d’exister à 100% ». 

Après Tako Tsubo sorti en 2017, le groupe revient avec un album inédit de remix Paris Combo Remixed, un opus « carte blanche » donnée à plusieurs remixeurs de leur entourage avec, comme titre phare, Living Room (1999) marquant ainsi les vingt ans discographiques du groupe. Après toutes ces années, le groupe reste pourtant très soudé. «  Nous sommes comme une famille. Même si la plupart sont arrivés il y a vingt ans, nous avons accueilli Benoit, le contrebassiste il y a 2 ans. Donc la famille s’agrandit » rit-elle. Paris Combo se réinvente et ne s’accorde pas de repos. Le Rack’Am sera la dernière date d’Ile-de-France pour le groupe !  Alors, si vous ne les connaissez pas encore, c’est le moment de les découvrir !   

Rendez-vous ce vendredi 28 et ce samedi 29 septembre à 20h30 au Rack’Am.