C’est une personnalité importante de l’histoire récente de Palaiseau, à laquelle les Palaisiens sont invités à rendre hommage ce mercredi. Issu d’une famille d’Igny et arrivé à 6 ans dans la commune, Robert Vizet s’était engagé dans la résistance à l’âge de 19 ans, puis démobilisé, s’était impliqué dans la vie locale. Il avait successivement été maire de Palaiseau et parlementaire de l’Essonne. Jusqu’à sa disparition le 13 aout dernier, l’ancien maire continuait à suivre les affaires de la commune, et restait impliqué localement.

Figure palaisienne, Robert Vizet s’en est allé

Lundi soir à l’ouverture du conseil municipal, le maire Grégoire de Lasteyrie a prononcé quelques mots et les élus ont respecté une minute de silence. Les habitants de la commune et plus largement le grand public est quand à lui invité à rendre hommage au disparu, ce mercredi lors de deux cérémonies. Tout d’abord à la MJC, à 18h30, pour un « hommage républicain », puis à partir de 19h, à l’initiative de la section communiste, au théâtre de la Passerelle.

Le bâtiment de la MJC nommé « Espace Robert Vizet »

Après des discussions entre la famille du défunt et les autorités, il a été décidé de baptiser le bâtiment de la MJC, du nom d’Espace Robert Vizet. La MJC des Trois vallées qui fait vivre les lieux avec ses activités ne change elle pas de nom. « C’est une manière d’inscrire son nom durablement dans la ville à travers ce bâtiment symbolique » précise le maire. Cette soirée « en deux temps » se poursuivra à quelques pas, au sein du théâtre de la Passerelle. Le PCF nord-Essonne y organise une soirée d’hommage, suivie d’un vin d’honneur, durant laquelle le parcours et les réalisations de Robert Vizet seront rappelés. Le secrétaire national du PCF Pierre Laurent est annoncé auprès de ses camarades pour cette cérémonie dédiée à la mémoire de l’ancien maire, conseiller général, député puis sénateur. Le groupe communiste dans lequel il siégea de 1986 à 1995, et où figure aujourd’hui Pierre Laurent, a également rendu hommage à celui qui « aura marqué la vie politique de l’Essonne et nationale. Ce résistant de la 1ère heure était un homme bon ».