La grand lifting du secteur du centre d’Arpajon est bien parti. Les porteurs de projet ont inscrit la date du samedi 13 octobre sur leur calendrier, jour qui doit symboliser le lancement de la principale phase de chantier des travaux de « requalification » de tout ce « coeur de ville ». Autour de la place et la halle du marché, jusqu’au parvis de la mairie, en passant par les rues adjacentes, il prévoit de rénover quelques 26 000 mètres carrés, les commerces et un certain nombre de façades. Surtout, le projet tel que présenté fait la part belle aux piétons et circulations douces, en évacuant notamment la majorité de la place du marché des véhicules.

Lancé en 2016, le projet ‘Coeur de ville’ avait donné lieu à un concours d’architectes, et les lauréats avaient été présentés aux habitants lors de la Foire aux haricots, permettant d’aider le jury à se prononcer. L’agence Mutabilis a été choisie, et a livré les contours de ses prochains aménagements. Tous ces travaux vont d’ailleurs de pair avec la mise en place d’un nouveau plan de circulation, ainsi que des modifications dans le stationnement de cette zone.

Notre dossier : Arpajon tient son futur centre-ville (avril 2017)

Ce sujet est le plus sensible de ce projet, dans l’ensemble bien accueilli par les habitants, du moins pour l’opposition qui craint sur « l’impact que va avoir le projet sur le commerce de proximité » selon Arnaud Mathieu, conseiller municipal d’opposition. « Supprimer des places de stationnement et rendre payantes celles existantes risque à long terme de faire la part belle aux grandes surfaces » réagissait-il à l’annonce des modifications à venir.

Cette question du stationnement « sert à ceux qui veulent attiser les peurs » relativise la municipalité, qui affirme que depuis l’instauration de son nouveau plan de stationnement, « on trouve désormais une place dans la rue ». En 2016, plusieurs parkings étaient devenus payants, avec une durée de stationnement gratuite d’1h30, et les horodateurs quadrillent depuis les rues du centre (lire notre article). Les règles ont évolué en mai dernier, avec 20 premières minutes gratuites en surface, et « le but est atteint » indique la mairie, en illustrant par le fait que « 74% » des usagers des parkings fermés restent moins d’1h30 dans les lieux, soit le temps de la gratuité.

175 logements neufs

Le lancement de cette phase opérationnelle de la réhabilitation du centre d’Arpajon correspond à l’ouverture d’une maison du projet à proximité de l’hôtel de ville, et des premières réfections de voiries attendues, côté église et mairie. Le secteur de la halle viendra ensuite, à partir de 2021 prévoit la municipalité arpajonnaise. Pendant ce temps, un plan de rénovation des commerces et des façades historiques est annoncé, dans le cadre du projet ‘Action coeur de ville’ lancé par le gouvernement, pour lequel la commune a été retenue. En plus de ces réhabilitations, plusieurs programmes résidentiels vont voir le jour, pour un total attendu de 175 logements construits dans le secteur du centre-ville. L’un des principaux se situe rue Minard, où s’élèvera d’ici fin 2020 un lotissement de 73 logements doublé d’un parking public de 150 places.

De quoi répondre à la problématique à venir du stationnement, veut croire la ville d’Arpajon : « certes à terme on passe de 70 à 20 places sur la place du marché, mais les 150 places arriveront avant les travaux et on se situe à deux minutes à pied » argumente-t-on dans l’entourage du maire Christian Beraud. Le projet ‘Coeur de ville’ devrait enfin à terme s’étendre dans les secteurs alentours, en incluant la rénovation de la Porte d’Etampes et du pont de la voie de chemin de fer, ainsi que des études sur le devenir de l’imposant bâtiment de la CAF. La municipalité précise : « la CAF veut rester à Arpajon mais utilise un bâtiment surdimensionné, on peut en transformer une partie pour accueillir des activités ». A l’approche des prochaines échéances municipales à Arpajon, le dossier devrait revenir dans les débats dans ces prochains mois.