Hazrat Bilal, le nouveau produit de tape-ball des Émirats arabes unis, veut profiter de sa chance tardive de jouer dans l’élite.

La semaine a été marquée par des premières pour Hazrat Bilal, le nouvel espoir du bowling rapide des EAU.

Il est en tournée avec l’équipe nationale pour la première fois, pour leur série de trois matches internationaux d’un jour contre le Népal à Katmandou.

Il a fait ses débuts internationaux lundi. Mercredi, il a remporté ses premiers guichets sous les couleurs cerise et violette des EAU.

Et le même jour, il a été convoqué pour la première fois devant un arbitre de match de l’ICC.

Alors que le deuxième ODI atteignait un point culminant et que Bilal avait cherché à obtenir des guichets pour donner aux EAU une chance de remporter la série, il a légèrement dépassé les limites, selon l’arbitre debout.

Son appel avait été trop zélé, c’est pourquoi il s’est retrouvé devant le bec. À la fin du match, Graeme Labrooy, l’arbitre, l’a averti de se calmer à l’avenir, mais ne lui a pas infligé d’autre pénalité.

Peut-être que l’ancien joueur de bowling du Sri Lanka pourrait se rappeler ce que c’est que de débuter dans le cricket international, et ce que le désir d’impressionner peut faire.

Après tout, Bilal aura 35 ans en janvier. Son entrée dans le monde du cricket international a été longue à venir, et pourrait même être brève. Il veut tirer le meilleur parti des occasions qui se présentent à lui.

Hazrat Bilal joue au bowling lors du premier ODI des EAU contre le Népal au TU Cricket Stadium, le 14 novembre 2022. Photo : Subas Humagain

Il est arrivé aux Émirats arabes unis en 2007 en provenance de sa ville natale, Peshawar, et a concilié ses obligations professionnelles avec la pratique du cricket.

Lire aussi:  Perquisition au domicile d'un cadre des Jeux olympiques de Tokyo à cause d'argent douteux provenant d'un sponsor

Il n’a jamais eu sa chance dans l’équipe nationale et est retourné au Pakistan, pour revenir ensuite à Dubaï en 2019. Ayant à nouveau rempli les critères de résidence de trois ans dans le pays, il est à nouveau éligible pour représenter les EAU.

« Je suis très heureux de faire partie de cette équipe », a déclaré Bilal.

« Cela fait longtemps que je voulais faire partie de ce dispositif et j’espérais pouvoir faire mes débuts avant. Mais je suis heureux que le moment soit enfin venu pour moi. »

Bilal est la dernière trouvaille en matière de jeu de balle rapide à avoir émergé de la scène florissante du cricket de balle à bande du pays.

Mohammed Naveed et Qadeer Ahmed, les anciens partenaires de l’équipe nationale pour les nouvelles balles, aujourd’hui bannis du jeu pour corruption, sont deux joueurs connus qui ont d’abord joué au cricket de rue.

Ce format de jeu a été crédité d’être un vivier prolifique de joueurs de bowling rapide, en particulier au Pakistan.

Bilal, qui idolâtre Mohammed Asif et Shoaib Akhtar, a déclaré que c’est la raison de son rythme.

Hazrat Bilal, joueur de bowling des EAU. Photo : Subas Humagain

« J’avais l’habitude de travailler à Dubaï et de jouer au cricket sur le ciment », raconte Bilal.

« Grâce à cela, je suis capable de jouer rapidement. Quand vous jouez sur du ciment, vous devez jouer vite et essayer de générer du rythme. »

Bilal a pris deux guichets rapides dans le deuxième ODI contre le Népal pour réduire l’équipe à 13 pour deux en cinq overs.

Lire aussi:  Haaland, Kane et Firmino forment un onze prolifique : L'équipe de la semaine en Premier League

Cela a donné aux touristes la chance de défendre leur total inférieur à la normale de 191, mais les hôtes l’ont surclassé avec trois guichets de moins.

« Lors du premier match, j’étais un peu nerveux, mais la deuxième fois, j’étais plus confiant », a déclaré Bilal.

« J’étais plus sûr de pouvoir jouer à la bonne longueur dans ce match et j’étais sûr de pouvoir prendre des guichets dans le powerplay.

« C’était le plan, car si je prenais des guichets à ce moment-là, cela aiderait le reste des lanceurs. Si nous avions eu 15 ou 20 runs de plus à jouer, le résultat aurait pu être différent. »

La victoire du Népal dans le deuxième ODI a égalisé la série à 1-1, faisant du dernier match de vendredi à Tribhuvan University un match décisif.

Les EAU battent le Népal par 84 runs dans le premier ODI.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*