« Bonjour, bienvenue chez Un bureau et plus !  », nous lance Stéphane Ruellan, fondateur de ce tout récent espace de coworking implanté à seulement quelques pas de la gare RER de Juvisy. Nous entrons dans un espace hyper lumineux, chaleureux. Rien n’est laissé au hasard. Chaque espace est optimisé. Bureaux privatisés, salles de réunion, open space, coin cuisine, espace détente, mobiliers design, déco épurée. Stéphane n’a pas lésiné sur les moyens pour chouchouter ses clients-coworkers. Ici, tout le monde s’appelle par son prénom ; ambiance friendly exigée. Car au-delà de proposer un service tout-en-un, les espaces de coworking promettent de révolutionner les échanges professionnels en offrant principalement aux indépendants et startuppers un lieu de travail convivial propice au développement de leur activité. Mais, le coworking, quézako ? Une petite explication s’impose…

En pleine expansion, les espaces de coworking (ou encore « cotravail », « tiers-lieu », … autant de substantifs pour caractériser un seul et même concept) correspondent à ces nouveaux lieux de travail partagés entre plusieurs personnes exerçant des activités différentes. Longtemps prisés par les travailleurs indépendants, les startuppers et les auto-entrepreneurs ; de plus en plus de salariés d’entreprise viennent y poser bagage attirés par cette nouvelle organisation du travail. Sur le point de devenir une véritable alternative au bureau et au travail à domicile, le coworking joue sur son côté hyper flexible et convivial pour attirer de nouveaux adeptes. Et ça, le département de l’Essonne l’a bien compris en participant au financement de ces nouvelles structures. Objectif : désengorger les axes de transports routiers et ferrés et dynamiser les zones rurales. Au total, ce sont plus de 600 espaces de coworking qui ont vu le jour ces derniers années dans la région francilienne et une dizaine sur le territoire essonnien depuis seulement quelques mois. (une carte réalisée par la Région, répertorie l’ensemble des espaces de coworking dans le département).

Adieu aux collègues ! Bonjour aux colocs de travail !

En Essonne, l’installation de ces nouveaux espaces de travail répond principalement à deux problématiques : la première (commune à l’ensemble du pays) est d’offrir un lieu de travail aux travailleurs indépendants/startuppers/auto-entrepreneurs qui leur permettent de pouvoir travailler dans une ambiance studieuse et détendue. La seconde problématique est d’offrir la possibilité aux salariés pratiquant le télétravail de venir travailler dans un espace calme et convivial à deux pas de chez eux. Stéphane Ruellan, est, lui, certain que ce nouveau mode d’organisation est avant tout « un réel gain de temps pour les travailleurs qui prennent les transports tous les jours pour aller travailler sur Paris ». Et pour cause : un français passe en moyenne 1h30 dans les transports pour se rendre au travail. C’est pour éviter les embouteillages parisiens, être plus proche de son domicile et rompre l’isolement social, que Katia, consultante en tourisme, a décidé de se mettre au coworking. « J’habite dans l’Essonne et à l’époque j’avais un bureau dans le Marais ; ce qui rendait les déplacements en voiture très difficiles », nous confie la cheffe d’entreprise, qui partage un bureau avec l’une de ses collaboratrices. Pour Johanna, salariée d’une association, travailler dans un espace de coworking lui permet d’être plus concentrée dans ses tâches et donc d’être plus productive puisqu’elle n’est plus dérangée par des collègues. « Ce qui est très agréable c’est aussi de rencontrer des profils très différents et d’avoir parfois un regard extérieur sur notre travail », nous explique-t-elle. Katia, elle, est convaincue que dans un espace de coworking il n’y a plus de collègues mais des « colocataires avec qui on prend la pause-café en parlant d’autre chose que du travail ».

Baptiste Rabourdin fait partie du projet du « Oui », un tiers-lieu dont l’ouverture est prévue au printemps 2019 à Soisy-sur-Seine. Ce porteur de projet et créateur d’un comparatif éthique en ligne, note qu’il y a eu « une explosion des espaces de co-working à Paris et en petite couronne » ces dernières années. En grande couronne en revanche, « cela prend un peu plus de temps » reconnaît-il. L’espace de travail partagé qui ouvrira l’an prochain est ainsi conçu de manière hybride. 1500 mètres carrés permettront d’accueillir jusqu’à 90 personnes. Il comptera plusieurs bureaux fixes, car une quinzaine de micro-entreprises sont déjà engagées dans le projet, et d’autres sont prêtes à les rejoindre. Outre ces occupants annoncés, « six places seront réservées pour le co-working », et surtout, le « Oui » accueillera une piscine pour le travail de kinésithérapeutes, ainsi qu’un laboratoire de cuisine partagé pour les créateurs de concepts ‘food’. « On aura aussi des espaces et salles de réunion, et nous travaillons sur un partenariat avec le centre de reconversion professionnelle de Soisy, ils pourraient venir faire des formations » développe Baptiste Rabourdin.

Le projet pourra voir le jour car « on part d’un noyau dur » explique-t-il, et la Région a mis au pot avec une subvention d’investissement. Pour boucler le budget, 55 000 euros ont été levés auprès du public par les membres du « Oui », permettant de lancer prochainement les travaux. Le soutien des pouvoirs publics s’est ainsi révélé décisif, puisque la mairie de Soisy-sur-Seine prend en charge le gros oeuvre, en espérant que ce futur tiers-lieu participe à faire vivre le petit centre-ville de la commune et ses commerces. D’autres projets plus au moins portés par les collectivités devraient aussi voir le jour dans le Val d’Yerres ou du côté de Massy. Certaines grosses entreprises semblent par ailleurs se prendre au jeu, à l’image de la Sofinco (Crédit agricole consumer finance) qui a ouvert son espace de co-working à Ris-Orangis, pour éviter trop d’aller-retours à ses salariés récemment déménagés sur Massy (lire notre article).

Un business comme un autre

Certes, les espaces de coworking sont des lieux conviviaux où règne (la plupart du temps) une ambiance plutôt relax propice à la concentration et à la créativité. Mais force est de constater qu’ils restent avant tout de simples business. Louer un bureau ou une salle de réunion devient presque aussi simple que de louer un appart’ sur Airbnb. 15 € la demie journée pour les coworkers de passage à l’espace de Juvisy, ou encore 80 € la journée pour accéder à la petite salle de réunion. Plusieurs formules sont proposées : « résidents » pour ceux qui voudraient y travailler tous les jours ou « nomades » pour les télétravailleurs occasionnels. Chacun y trouve son compte. Et on ne se contente pas de louer seulement des bureaux à partager. A côté, tout un éventail de prestations est proposé allant de l’accès Wifi, de la photocopieuse, du téléphone, du coin cuisine jusqu’à la domiciliation facturée 40 € par mois. Business is business…

L’enjeu est de taille pour ces espaces de coworking qui ont bien compris l’engouement que suscitait leur présence dans un département comme celui de l’Essonne où une fracture apparaît entre un nord urbanisé et connecté à la capitale et un sud rural, presque exclu des échanges. Certains espaces, plus atypiques que d’autres, ont ainsi vu le jour comme « Coworkgreen », un lieu de travail partagé version écolo, à Saclas, dans le Sud-Essonne, en pleine zone rurale (lire notre article).

Le fondateur de Un bureau et plus est d’ailleurs convaincu que « le coworking est l’espace de travail de demain ». Et pour cause : en 2017, déjà, une forte hausse des créations d’entreprise avait été enregistrée en France (+4,7 %, d’après l’INSEE) et plus d’un million d’auto-entrepreneurs avaient été déclarés sur le territoire. Pour se développer et donner un aspect plus « professionnel » à leur structure, beaucoup prennent alors le chemin des espaces de coworking. Des espaces de travail mais aussi de rencontres pour développer leur réseau. En voilà un autre concept que les coworkers connaissent bien : le réseautage (ou networking) ; pratique consistant à se créer un réseau de connaissances aboutissant parfois à une collaboration professionnelle. C’est dans cette optique que chaque mois, des « apéros-business » sont organisés au sein même de l’espace de coworking de Juvisy (mais pas que). Objectif : réunir des coworkers et des entrepreneurs pour « se faire connaître » et pourquoi pas tisser de nouvelles amitiés professionnelles entre Essonniens…