Vers 17 heures, ce jeudi soir, la pluie est (de nouveau) tombée en trombes dans le nord-ouest du département, suivie de violents orages. Un bâtiment partiellement désaffecté, situé aux abords des voies ferrées de la gare RER D de Corbeil-Essonnes et de la gare routière, a pris feu. Les pompiers sont rapidement intervenus sur les lieux de l’incendie pour éteindre les flammes, qui ont ravagé l’immeuble. Seulement un habitant se trouvait à l’intérieur et est sorti du bâtiment avant que celui-ci ne s’embrase. Fort heureusement, il n’a pas été blessé et a rapidement été pris en charge par les services de la mairie.

Du côté des secours, trois pompiers ont été blessés durant les opérations, alors qu’une partie de l’édifice s’est effondrée sous l’effet du feu. « Nos sapeurs-pompiers ont été engagés durant plusieurs heures pour venir à bout des flammes. Malheureusement trois de nos agents ont été blessés. Ils sont pris en charge et hors de danger », rapporte le Service départemental d’incendie et de secours de l’Essonne (SDIS 91). Le préfet de l’Essonne, Jean-Benoît Albertini et le président du Conseil Départemental, François Durovray, ont exprimé leur soutien aux secours et se sont rendus, ce vendredi matin, à la caserne du Val d’Yerres pour y rencontrer les sapeurs-pompiers.

La foudre, à l’origine de l’incendie ?

L’immeuble incendié était « en partie un squat », nous confie la municipalité. Des travaux ont d’ores et déjà débuté pour sécuriser les bâtiments jouxtant l’immeuble parti en feu, avant que celui-ci ne soit prochainement rasé. Une enquête a d’ailleurs été ouverte par la police et les pompiers. Mais la foudre semble être a priori la cause de l’incendie. « Les gens ont vu la foudre tomber sur le bâtiment au moment où le feu s’est déclaré », nous indique la mairie de Corbeil-Essonnes.

Pagaille en chaîne dans les transports

A partir de 17h30, les transports du secteur ont été fortement impactés par l’incident. Des lignes de bus ont été déviées, le trafic du RER D, a été ralenti puis totalement interrompu. « L’incendie a demandé l’interruption des circulations pour permettre aux pompiers d’intervenir notamment par la passerelle. Lors d’un incendie, les pompiers peuvent demander l’interruption des circulations par mesure de sécurité même si ce n’est pas sur nos installations  », explique la SNCF.

En gare RER d’Evry-Courcouronnes, les nombreux usagers se sont rués en masse vers les agents d’accueil à la recherche d’informations. Dehors, les bus ont, eux, littéralement été pris d’assaut par les usagers. Beaucoup ont appelé des chauffeurs Uber pour pouvoir rentrer chez eux, à l’image de ce jeune homme qui devait rejoindre Paris : « J’ai appelé un Uber, je n’avais pas le choix. J’ai un train à prendre à la Gare de l’Est. Si je prends les bus bondés, je ne pourrai jamais arriver à l’heure », a-t-il expliqué à l’un des agents d’accueil. Scènes cauchemardesques aussi en gare de Juvisy, en guise de réaction en chaîne. Les usagers qui attendaient le RER D ont fini par être trop nombreux sur le quai, et les lignes de bus (DM) n’ont pas été en mesure d’absorber le flot de voyageurs du soir supplémentaires. C’est seulement vers 22 heures que le trafic a pu reprendre.

Les pompiers continuaient ce vendredi matin à sécuriser les lieux après l'effondrement d'une partie de l'immeuble incendié

Les pompiers continuaient ce vendredi matin à sécuriser les lieux après l’effondrement d’une partie de l’immeuble incendié (LM/Lecteur Essonne Info)