Débattu, contesté, mais tout de même adopté. Le passage de 90 à 80 km/h sur les routes nationales et départementales à double-sens est entré en vigueur ce dimanche 1er juillet sur tout l’hexagone. Le Premier ministre Edouard Philippe, bien que décrié pour cette mesure appliquée sur 400 000 kilomètres de routes, n’a finalement pas rebroussé chemin. Un changement drastique pour les utilisateurs de ces différents axes, mené a priori dans le but de sauver des vies, alors que la mortalité sur ces routes sans séparateur central est plus élevée que pour n’importe quelles autres routes.

Décidé par le gouvernement, ce changement de signalisation a suscité de vives réactions à travers le pays. L’association « 40 millions d’automobilistes » et la « Fédération française des motards en colère » se mobilisent d’ailleurs contre cette mesure depuis plusieurs années et notamment depuis le mois de janvier dernier. Les questions du temps de trajet, de la pollution, ou encore du lien direct entre la vitesse et les accidents ont notamment été soulevées. En vain. Reste à savoir désormais si cette nouvelle mesure influera réellement sur le nombre de tués sur les routes. La réponse devrait être donnée d’ici deux ans, à la suite de cette expérimentation qui engendrera, ou non, le passage définitif à 80km/h.

Qui dit vrai ?

En attendant le verdict final, en Essonne, comme partout sur l’hexagone, on a dû se plier aux ordres. Ici, « on déplore de 2012 à 2016, 58 personnes tuées, 372 blessés hospitalisés et 553 blessés légers. En 2017, sur les 41 personnes tuées dans le département, on dénombre 13 personnes tuées sur ce type de route », précise la préfecture. La mesure ne plaît pas pour autant à en croire les propos du président du département, François Durovray, invité sur France inter. « On est tous pour sauver des vies. On est tous pour améliorer la sécurité routière. Simplement, c’est une décision qui a été prise sans jamais associer les territoires. Nous aurions pu aller beaucoup plus loin et sauver d’avantage de vies si un vrai travail avait été fait avec chacun des territoires pour adopter des solutions différentes parce que les situations sont différentes ».

Qu’importe, environ 40 nouveaux panneaux ont tout de même été installés, masqués, quelques jours avant le passage de la loi, avant d’être démasqués dès le 1er juillet pour un coût totalement assumé par l’Etat. Trois radars automatiques ont eux aussi été modifiés, la préfecture et la gendarmerie évoquent alors les radars situés à proximité de Tigery, Othon-la-plaine, et Ormoy-la-Rivière. Certains chiffres restent néanmoins encore flous sur les routes essonniennes. Si le nombre d’accidents a bien été répertorié, le nombre de kilomètres passant à 80 km/h est bien moins certain. Ainsi, sur les 1452 kms de routes départementales bidirectionnelles, le Conseil départemental affirme que 840 kms d’entre elles sont concernés par cette nouvelle limitation de vitesse. De son côté, la préfecture, aussi bien par communiqué que par voie orale, affirme que seuls 670 kms sont impactés. Une différence importante que les deux entités ne parviennent visiblement pas à expliquer.

La carte diffusée par le département (voir ci-dessous), censée marquer de rouge toutes les routes départementales passant à 80 km/h, comporte par ailleurs plusieurs erreurs. Voici une ébauche des routes que nous avons pu vérifier :

  • D177 entre Viry-Chatillon et Morsang-sur-Orge : limitée à 50km/h ou 30 km/h
  • D257 entre Savigny-sur-Orge et Epinay-sur-Orge : limitée à 50km/h
  • Bretelle Evry/Ris-Orangis direction A6 : limitée à 50km/h, puis 70km/h, actuellement en travaux
  • D31 à proximité du Golf de Bondoufle : limitée à 70km/h
  • D931 longeant les bords de seine entre Viry-Chatillon et Juvisy-sur-Orge : limitée à 50km/h ou 30km/h
  • D128 sur le plateau de Saclay : limitée à 50km/h
  • D50 Avenue de la République Montgeron : limitée à 50km/h
  • D188 de Bures-sur-Yvette/Les Ulis à A10 Villebon : limitée à 70km/h
AXES_80_Dept_Correction

En rouge, les axes concernés par la réduction à 80km/h, selon le Département. En vert, nos premières corrections, des axes où la vitesse autorisée est en réalité bien plus faible (DR-CD91/EI)

N’hésitez pas à nous faire parvenir les erreurs que vous avez pu constater en baroudant sur les routes du département, afin que cette carte puisse, petit à petit, être mise à jour.