Ce mardi, le Prince Albert II de Monaco était de retour sur ses terres… en Essonne (ce n’est pas une plaisanterie). Si le fils de Grace Kelly et de Rainier III est plus connu sous le titre de Prince de Monaco, ce mardi, c’était plutôt le Marquis de Chilly, Duc de Mazarin, Comte de Longjumeau et Baron de Massy qui s’est présenté aux Essonniens venus (en nombre) le saluer.

Car oui, des liens très anciens unissent l’Essonne au Rocher. Tout commence en 1777 avec le mariage de Louise d’Aumont, Marquise de Chilly et Duchesse de Mazarin avec  Honoré IV Grimaldi, Prince de Monaco. Suite à cette union, deux princes voient le jour dont Florestan 1er, ascendant direct du chef d’Etat monégasque.

Et c’est en 2015 que « l’amitié » entre les deux territoires se concrétise avec la création de l’Association des sites historiques Grimaldi de Monaco (à l’initiative du Député-Maire de Menton, Jean-Claude Guibal) réunissant les anciens fiefs des Grimaldi en France et en Italie. Objectif : « Faire connaître les liens anciens qui unissent la France […] à la Principauté de Monaco. Elle a vocation à rassembler, valoriser et promouvoir les sites [historiques]. » lit-on sur le site officiel de l’association.

Rien n’est trop beau pour Son Altesse Sérénissime

De Longjumeau à Chilly-Mazarin, en passant par Massy, les villes ont mis les petits plats dans les grands pour la visite du Prince de Monaco, accueilli comme une rock star (littéralement). Et les élus de la République ne se sont pas fait prier pour se montrer – tous sourires et sur leur 31 – aux côtés du Prince…

Retour sur une journée rythmée en poignées de main, discours de remerciement, plantation d’arbres et inaugurations en tous genres.

Longjumeau, 10 heures ; premier arrêt du Prince : c’est en présence de la Maire (LR) de la ville, Sandrine Gelot et du député (LR) de la 7ème circonscription de l’Essonne, Robin Reda ; qu’Albert II assiste à une présentation de l’Atlas restauré de Chilly-Mazarin et de Longjumeau du temps du règne des Grimaldi. L’Espace de la biodiversité Albert-II-de-Monaco est ensuite inauguré par le chef d’Etat monégasque. Puis, s’en suit une petite séance de jardinage avec la plantation d’un olivier, en présence de quelques enfants de la ville (il est vraisemblablement très préoccupé par les questions environnementales). Fin de la première visite, 12h.

Massy, 14 heures : le souverain de 60 ans dévoile, à deux pas de l’Opéra, la plaque de « l’Espace pédagogique Prince de Monaco » qui sera mis à la disposition des jeunes de la ville. La visite à Massy se conclue ensuite par une petite note sportive du côté du Rugby Club Massy Essonne où un maillot est offert au Prince (c’est pour montrer qu’il s’intéresse à d’autres sports que le football, le bobsleigh et les courses automobiles).

Dernier arrêt, 16h30, Chilly-Mazarin (attention, temps forts de la journée) : en attendant l’arrivée d’Albert II à 17 heures ; près de 300 chiroquois se pressent déjà aux abords de l’hôtel de ville pavoisé de drapeaux blancs et rouges.

A l’intérieur, on rencontre Caitlyn et Laure, collégiennes chiroquoises, pour qui la visite du prince est « un événement très important » à ne surtout pas manquer. Comme elles, des dizaines d’écoliers se sont déplacés pour venir saluer le souverain (et faire la fête), tous armés de drapeaux monégasques, en signe d’amitié avec la Principauté.

Peu avant 17 heures, les nombreux badauds présents commencent à scruter la grande grille de l’hôtel de ville, espérant apercevoir le véhicule du Prince. L’événement se vit en famille, à l’image de ces grands-parents venus avec leur petite-fille : « On ne s’intéresse pas forcément à la famille princière mais il est vrai qu’il s’agit d’un événement assez important pour Chilly. Ça agrémente un petit peu le quotidien. Et puis c’est la seule commune où le Prince a des ancêtres qui reposent ici. Il a un lien très fort avec les chiroquois », se réjouit la grand-mère.

La foule s'est pressée, ce mardi, devant l'Hôtel de Ville de Chilly-Mazarin pour accueillir le Prince de Monaco. (IA/EI)

Ici, une petite partie de la foule qui s’est pressée, ce mardi, devant l’Hôtel de ville de Chilly-Mazarin pour accueillir le Prince de Monaco. (IA/EI)

Vers 17h30, après l’arrivée (en fanfare) du Prince Albert, c’est du côté de l’Eglise Saint-Etienne (et sous un soleil de plomb) que nous retrouvons une foule prête à dégainer les smartphones pour capturer la sortie du souverain de l’Eglise. A sa sortie, Albert II salue les habitants (c’est le protocole), encerclé par toute une armada d’élus, empêchant une bonne partie de la foule de l’apercevoir. « On n’a même pas pu le voir à cause de tous les élus qui se mettent devant. Ça ne se fait pas, ils l’ont déjà eu pour eux tous seuls à l’intérieur de l’Eglise », lance une jeune mère de famille, également déçue de l’absence de la Princesse Charlène.

Le Prince Albert II de Monaco, à la sortie de l'Eglise Saint-Etienne de Chilly-Mazarin. (IA/EI)

Le Prince Albert II de Monaco, à la sortie de l’Eglise Saint-Etienne de Chilly-Mazarin. (IA/EI)

Après une (nouvelle) séance de jardinage, Jean-Paul Beneytou, Maire (LR) de Chilly-Mazarin se joint à Albert II sur le perron de l’hôtel de ville pour prononcer un discours (de remerciement, encore). Un discours pour rappeler les liens historiques unissant la municipalité essonnienne au Rocher et pour remercier le prince de sa participation à la réhabilitation de l’Eglise Saint-Etienne : « Ce sont au total 1,7 millions d’euros qui ont été nécessaires pour réhabiliter cette Eglise. On a eu la Direction Régionale des Affaires Culturelles qui a levé des subventions pour nous aider […] et nous remercions également [le Prince Albert II] pour sa participation. ». Le chef d’Etat monégasque, profite lui aussi de l’occasion pour (encore) remercier les habitants et la municipalité de leur accueil « chaleureux » : « Il est appréciable de se retrouver en famille et de voir le chemin accompli depuis le temps où mes ancêtres prenaient en charge l’administration de votre collectivité  », se félicite le souverain monégasque.

Peu après 18 heures, alors que se tient un échange de cadeaux entre officiels, on commence à s’activer du côté des coulisses pour préparer le banquet offert par la municipalité. Au menu : une paella géante pour 1000 personnes. « 70 kg de riz ont été nécessaires » à la préparation (rien que ça), nous indiquent des cuisiniers très pressés. Côté musique, c’est le « Chilly’s band » qui se produira un peu plus tard dans la soirée pour célébrer la visite du prince. « Il y a un peu près 40 musiciens sur scène qui viennent du Conservatoire de Chilly et de Longjumeau et qui ont travaillé pendant près de 6 mois sur cette session symphonique  », nous révéle l’une des organisatrices du concert.

A la fin de la visite, c’est avec des étoiles dans les yeux que certains Chiroquois rentrent chez eux, mettant fin à une journée éprouvante pour les nombreux policiers présents chargés de sécuriser la visite. « Une centaine d’hommes a été déployée » nous indique-t-on du côté du service de sécurité.