« Nous allons tout faire pour qu’il y’ait une reprise de l’établissement ». C’est ce que déclarait Bernard Sprotti, le maire de Breuillet, le 2 mars dernier au sujet de l’avenir du Carrefour Contact (ex Dia) de Breuillet. Depuis, rien n’a changé, et le magasin demeure plus que jamais sous le coup d’une fermeture.

Le Carrefour Contact de Breuillet devrait donc fermer ses portes s’il ne trouve pas de repreneur avant la fin du mois de juin. Pour rappel, le supermarché est l’une des 227 victimes du plan Bompard, PDG de Carrefour, visant la fermeture de certains magasins de l’enseigne. Les Carrefour de Savigny sur Orge (lire notre article), Longjumeau ou encore Chilly-Mazarin sont également concernés. Situé dans un quartier pavillonnaire de 700 maisons (Port-Sud), le Carrefour Contact de Breuillet est l’un des commerces principaux de cette commune qui compte 8500 habitants. Sa fermeture impactera sans aucun doute une bonne partie de ces derniers. L’équipe municipale, l’association des acteurs économiques, mais aussi les riverains, se sont donc mobilisés afin de trouver un repreneur. La ville affirme avoir déjà rencontré plusieurs potentiels repreneurs privés susceptibles d’être intéressés par la reprise de cette activité commerciale.

« Carrefour a des méthodes qui ne sont pas correctes »

Breuillet évoque alors une mise en relation entre d’éventuels repreneurs et la direction de Carrefour, mais les discussions n’auraient abouti à aucun accord, Carrefour jugeant les propositions qui lui ont été présentées irrecevables. « Les négociations ne pourront pas se faire avant la fin juin », relaie la municipalité dans un communiqué. Parallèlement, c’est via un courrier que Bernard Sportti a sollicité l’intervention du ministre de l’Economie et des finances afin d’éviter la fermeture du magasin, ainsi que le licenciement du personnel, en permettant à de potentiels repreneurs de faire perdurer le commerce de proximité. L’attitude du groupe Carrefour vis à vis du repreneur proposé provoque ainsi l’ire de la municipalité.

« La fermeture est acquise pour fin juin début juillet. Ce Carrefour est important pour la ville, il ne doit pas fermer mais Carrefour a des méthodes qui ne sont pas correctes. Ils ont jugé l’offre du repreneur irrecevable prétextant que c’est une question d’argent mais c’est juste que le repreneur ne correspond pas au profil qu’ils recherchent. Ils auraient voulu vendre le commerce à un groupe comme Leclerc ou Intermarché alors que le repreneur qui s’est présenté est un propriétaire de magasin indépendant. On attend du gouvernement qu’il prenne conscience de la gravité de la situation, on ne peut pas laisser des habitants sans commerce de proximité et on ne peut pas non plus laisser des gens sans emplois ».

Notre dossier Carrefour