« Scène nationale de l’Essonne, Agora-Desnos ». C’est le nouveau nom que la scène nationale d’Evry et de l’Essonne portera à partir du 1er juillet prochain. Le théâtre de l’Agora et le Centre culturel Robert Desnos ne feront plus qu’un, et rassembleront désormais leurs forces au sein d’une seule et même structure. « Cette décision de Grand Paris Sud permet de créer un établissement culturel à la mesure des enjeux et des besoins d’une communauté d’agglomération et d’un département qui réunissent dans une rare proximité des territoires péri-urbains et ruraux », résume l’agglomération dans un communiqué.

Gérante de Robert-Desnos jusque-là, l’agglomération reversera désormais son budget alloué au centre culturel directement au théâtre de l’Agora. Les cinoches de la ville de Ris-Orangis resteront quant à eux sous le giron de Grand Paris Sud. « L’agglomération reconnait ainsi la qualité du travail de la scène nationale. C’est cette politique, parfaitement adaptée au territoire, que nous souhaitons pour un équipement culturel comme Desnos », précise alors Francis Chouat, président de l’agglomération. Christophe Blandin-Estournet, directeur du théâtre de l’Agora semble lui aussi satisfait de cette « fusion ». « C’est intéressant. C’est un nouveau point d’appui pour développer ce projet d’ouverture au territoire », se réjouit-il. Pas d’inquiétude au premier abord pour les habitués du lieu qui ne devraient pas faire face à un « bouleversement radical ». La transition se fera de manière progressive dans le but d’harmoniser petit à petit la programmation entre les deux structures. 

Un théâtre éphémère

Ce projet orchestré par Grand Paris Sud, Ris-Orangis, le ministère de la culture ou encore le théâtre de l’Agora, n’arrive cependant en aucun cas pour pallier à la fermeture temporaire de ce dernier. Si les travaux réalisés à l’Agora, dont la destruction-reconstruction à venir des Arènes, vont bel et bien impacter le théâtre, le timing relève d’une « pure coïncidence », indique le directeur de la scène évryenne. Et alors qu’un chapiteau avait été évoqué pour permettre au théâtre de poursuivre ses activités, c’est finalement un théâtre éphémère qui devrait ouvrir ses portes début 2019. Théoriquement située en face du Carré Hausmann, proche de l’Université de la ville, cette salle de 1000m² sera composée de 400 places et d’un plateau « assez conséquent ». « Il s’agit de maintenir l’activité de la scène nationale de l’Essonne qui prend de plus en plus d’ampleur ces dernières années », rappelle Christophe Blandin-Estournet.

Partagé entre l’Etat et l’agglomération, le coût de l’installation est estimé à 350 000 euros. L’Etat dépensera alors 200 000 euros pour constituer la salle du sol au plafond, alors que l’agglomération se chargera, pour 150 000 euros, « de l’aménagement du terrain, du domaine technique, du chauffage, des caravanes pour la billetterie, les loges… », ajoute le directeur de la scène nationale avant de conclure : « Les équipements achetés seront des équipements réutilisables par d’autres structures du territoire. Ça fait partie du projet ».

L’Agora, atout majeur pour Evry 2 ?