La décision est tombée durant le conseil des Ministres de ce vendredi 27 avril. L’Essonne aura bientôt un nouveau préfet. Il s’agit de Jean-Benoît Albertini. Avant cette nomination, l’homme de bientôt 55 ans avait déjà administré quelques départements, dont le Territoire de Belfort entre 2008 et 2010, puis de la Vendée en 2013. Depuis mai 2017, celui-ci occupait d’autres fonctions auprès des ministres successifs de la Cohésion des Territoires, Richard Ferrand, puis Jacques Mézard, notamment comme commissaire général à l’égalité des territoires.

Pour sa part, l’actuelle préfète de l’Essonne, Josiane Chevalier, en poste depuis le 17 mai 2016 vient d’être nommée préfète de Corse et du département de la Corse-du-Sud, en lieu et place d’un certain Bernard Schmeltz, préfet de… l’Essonne (2014–2016). Celle-ci assure qu’elle n’oubliera pas l’Essonne, ce territoire qui lui a apporté une « expérience professionnelle hors du commun ». Outre l’exercice de la mission régalienne dans toute sa diversité et les aspects concernant le développement du territoire, celle-ci assure en ressortir « grandie » sur de nombreux points, à commencer par la gestion des intempéries. « Dès que je suis arrivée, le département a connu une phase de crue importante en juin 2016, couplée à celle de janvier dernier et des épisodes neigeux. Cette gestion d’événements et de crise nous permettra d’ailleurs très prochainement d’améliorer encore plus notre gestion de ces événements singuliers », explique celle qui se définit comme un préfet « entrepreneur », suite à son implication dans le développement des territoires.

Au centre, Josiane Chevalier, lors de son investiture (MB/EI)

Au centre, Josiane Chevalier, lors de son investiture (MB/EI)

La passation de pouvoir entre Josiane Chevalier et son successeur Jean-Benoît Albertini aura lieu à la fin du mois. Ce dernier prendra officiellement ses fonctions le 22 mai prochain.