La fête promettait d’être belle ce vendredi soir lors de la réception de Biarritz pour le dernier match à domicile de la saison pour le RCME. Le maintien obtenu deux semaines plus tôt, les Massicois pouvaient jouer libérer, se faire plaisir, et ils n’ont pas manqué de le faire dès les premières minutes du premier acte. Un essai de Grimoldby lançait les hostilités dès la troisième minute de jeu, avant une réponse immédiate des Biarrots (5–7, 7e). Le public était, lui, déjà en feu et avait de quoi se régaler grâce à l’intensité mise par les Essonniens. A son tour sous la pression des visiteurs, Massy faisait de nouveau la différence par Sella à la suite d’une action rondement mené notamment par Prier (15–7,18e). Ancely portait quant à lui le score à 22–7 dix minutes plus tard (25e). La réaction immédiate de Biarritz ne stoppait pas les ardeurs de Massicois, justes offensivement, et devant à la pause après un coup de pied de Girard (25–14, MT).

La deuxième période repartait elle sur la même intensité et sur 3 nouveaux points de Girard (28–15). Mais c’est bien les Biarrots qui faisaient leur maximum pour revenir dans la partie. Un essai transformé peu avant la 60ème minute de jeu redonnait alors espoir aux visiteurs (28–24). Dans une seconde période un peu plus à l’avantage des sudistes, Massy manquait de peu l’occasion de mettre l’essai de la gagne à moins de 10 minutes du terme de la partie. La précision de Girard quelques minutes plus tard entérinait néanmoins définitivement cette fin de rencontre et rendait la fête encore plus chouette pour des Massicois (31–24) qui faisait tomber un nouveau gros, pourtant venu chercher des points en vue des phases finales.

Cette partie était aussi l’occasion pour plusieurs joueurs du RCME de faire leurs adieux au public massicois. Plusieurs départs sont déjà actés comme celui d’Ancély, de Delbouis, de Girard, ou encore d’Etien, en direction du Stade Français. Des départs pour le moins importants qui devront être remplacés par des renforts de qualité pour permettre au RCME de poursuivre ses historiques performances au sein de cette Pro D2. En attendant, la traditionnelle Bodega a pu battre son plein comme il se doit.

Interview

Stéphane Gonin, entraîneur des arrières

L’objectif c’était de faire des résultats contre ces grosses équipes. Aujourd’hui il y a eu la manière, il y a tout eu, la fête est belle, la saison est belle. C’est une saison qui finit bien. Ça donne envie. On voit le Ladoumègue avec du monde. On a assisté à une belle partie. Dans notre palmarès, on a fait plutôt belle figure contre les grosses équipes.

Les départs c’est malheureusement le rugby pro. On est tous fiers, ceux qui ont choisi de partir, c’est leur vie, ceux qu’on garde pas, c’est un crève cœur. Pour le dernier match j’espère qu’on pourra faire participer tout le monde, pour que l’ensemble du groupe profite du travail de cette saison.

Lester Etien, centre massicois

Il y a de la satisfaction. Je suis arrivé au stade aujourd’hui j’étais pas très très bien. Ça fait toujours un peu mal de partir. Mais je pars sur une bonne note. Le maintien c’est historique, en plus on gagne un dernier match à domicile contre un gros. Je suis arrivé en première année de Crabos ici. Ça fait 4 ans que je suis en équipe une. C’est de loin ma saison la plus complète, la plus aboutie. J’avais le choix entre Bordeaux et le Stade Français, j’ai choisi le Stade Français. Maintenant si le stade Français descend, il y a une clause dans mon contrat, je ne peux aller que dans un club de Top 14.