L’aventure commence aujourd’hui. L’équipe de France entame sa septième Coupe du Monde de rugby, de l’autre côté de la planète. Après un été placé sous le signe de l’entrainement et de la préparation physique, du côté de Marcoussis notamment, notre XV national va tenter de rééditer ses bonnes performances au sein du rugby mondial, pour aller le plus loin possible dans la compétition.

  • Photo : Marc Lièvremont, le sélectionneur du XV de France, en conférence de presse

Ce samedi 27 août 2011, le Quinze de France est à 48 heures de son départ pour la Nouvelle-Zélande. Au terme d’un voyage d’un jour et demi, ponctué de deux escales, les joueurs ont eu dix jours pour s’habituer au décalage horaire et préparer leur match contre le Japon de ce samedi 10 septembre.

Deux semaines avant ce premier match, l’heure est encore au travail et à la (relative) détente. Pendant un entrainement ouvert à la presse, le dernier avant le départ, Essonne Info a visité le Centre National du Rugby de Marcoussis. C’est en ce lieu qui abrite la Fédération Française de Rugby, que le XV tricolore a l’habitude de se retrouver pour préparer les échéances internationales.

  • Photo : Les joueurs sortent de leur résidence pour aller à l’entrainement. Au milieu d’eux, en haut gris, le capitaine Thierry Dussautoir

Lors du point presse de Marc Lièvremont, le sélectionneur des Bleus, et de Julien Deloire, le préparateur physique, il a été question de ce rendez-vous planétaire de l’Ovalie, qui s’ouvre aujourd’hui, et de l’état de forme de l’équipe de France avant l’échéance. Ont également été évoqués les adversaires de la France. Pas question par exemple pour Marc Lièvremont de sous-estimer les Japonais, contre lesquels les Français débuteront la compétition.

Et puis il y a ces ogres, d’ailleurs, on ne parle que d’eux. Les hôtes de cette compétition, ceux qui font peur à la planète entière avec le célèbre Haka, sont les favoris de cette coupe du monde. « Quand les Blacks sont sur le terrain, c’est déjà du très haut niveau » explique calmement le sélectionneur, quand un journaliste l’interpelle sur cette équipe de Nouvelle-Zélande.

  • Photo : Le XV de France à l’entrainement 

Car si le parcours de l’équipe de France reste incertain – le Quinze ne fait pas figure de favori cette année – notre équipe nationale possède de solides atouts et un réel potentiel. Concrètement, aucune équipe n’est imbattable, et nos bleus ont déjà su nous montrer par le passé qu’ils étaient capables de soulever des montagnes. Autour de leur capitaine Thierry Dussautoir, ils se présentent en Nouvelle-Zélande avec toutes leurs chances.

Cette coupe du monde de rugby aura un air singulier cette année pour notre département. Outre la présence de Romain Millo-Chluski – dont nous vous proposons le portrait -, natif de Ris-Orangis, la FFR a annoncé ce jeudi que l’Essonne possédait toutes ses chances de se voir attribuer le prochain grand stade de rugby, prévu pour 2017 (lire : Grand stade de rugby : une chance sur deux pour l’Essonne ).