C’est à Sainte-Geneviève-des-Bois et plus précisément dans les locaux de l’école élémentaire Denis Diderot de la ville que Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education, et Agnès Busyn, ministre de la Santé, ont débarqué ce lundi matin. Au menu du jour, un point sur le protocole « une entrée sécurisée au CP », qui vise à identifier les besoins de chaque enfant sur le plan de la santé et de l’éducation avant l’entrée en école élémentaire. C’est après la visite d’une classe de maternelle, que les deux ministres ont justement pu aborder ce protocole lors d’une table ronde aux côtés des enseignants de l’école, des médecins scolaires ou encore de membres de la protection maternelle et infantile (PMI). L’occasion pour les élus d’avoir un peu plus de visibilité sur ce dispositif mis en place depuis la rentrée dans un établissement classé en réseau d’éducation prioritaire. Un dispositif à priori efficace, selon les professeurs et autres attenants au programme, qui tend aussi bien à être perfectionné qu’appliqué dans nombreux autres établissements.

Troubles sensoriels, troubles d’attention… de nombreux sujets ont alors pu être évoqués afin d’y voir plus clair sur le travail quotidien des personnels éducatifs et de santé. « L’Education a un grand rôle à jouer en matière de santé. Les premières années de vies sont très importantes. On aimerait que tous les enfants de France aient au moins une visite médicale avant 6 ans. Il faut qu’ils soient tous concernés par cette nouvelle approche », lance Jean-Michel Blanquer alors qu’il prône une communication sans faille entre les professeurs, les médecins scolaires et surtout les parents. « Oui, il faut aussi que les parents s’inscrivent dans cette démarche. Qu’ils fassent attention à l’alimentation de leurs enfants, à l’heure du coucher ou encore à l’exposition devant les écrans », ajoute alors Agnès Busyn. Tout autant de sujets qui doivent être évoqués ce mardi lors des « assises de la maternelle », à Paris, et qui pourraient même déboucher sur nouvelle réforme de la maternelle.

Une visite ministérielle suivie quelques heures plus tard par celle de Nicolas Hulot, le ministre de la transition énergétique, venu pour sa part à Longjumeau pour le lancement de l’opération des « chèques énergie« .