Dans une rencontre où les premières minutes de jeu peuvent s’avérer décisives pour l’issue de la partie, autant dire que les Massicois ne mettent pas vraiment toutes les chances de leur côté en ce début de match. Menés 4–1 après à peine 5 minutes de jeu, les joueurs de Tarik Hayatoune peinent clairement à trouver la faille. Ils réagissent néanmoins grâce notamment à une nouvelle bonne entame de match de Bellahcene (15/25 arrêts), mais aussi grâce à Conta et Herceg visiblement bien en jambes. Progressivement le MEHB réussi à rattraper son retard dans un match de plus en plus équilibré. Et malgré quelques munitions gâchées en contre-attaque, les joueurs essonniens atteignent même la pause avec deux buts d’avance, et ce tir à la dernière seconde de Laplace (12–10, MT).

En bonne posture après un début de partie pourtant poussif, les Massicois ne rassurent malheureusement pas à leur retour des vestiaires. En difficulté face à des Ivryens plus agressifs, le MEHB se met à déjouer, et Bellahcene semble peu à peu abandonné par sa défense. En attaque, pas non plus de quoi se réjouir, malgré une supériorité numérique essonnienne, c’est bien Badi qui fait le break pour les joueurs du Val-de-Marne (18–20, 38e). Et si Mollerup sonne quelque peu la révolte en envoyant deux missiles dans les buts de Chapon (20–22, 41’30), Ivry garde le contrôle de cette partie. L’homme clef de cette seconde période sera d’ailleurs du côté des visiteurs, l’ailier Troelsen va alors se charger, sans grande difficulté, de mettre les Massicois à ses pieds. Bien épaulé par un Rios très solide, l’ailier ivryen multiplie les interceptions avant de creuser l’écart pour son équipe à un peu plus de 5 minutes du terme (20–23, 54’18).

Et alors que Caron est dans le même temps exclu par des arbitres particulièrement pointilleux depuis le coup d’envoi, la fin de match tourne finalement au calvaire pour des Massicois impuissants. Troelsen, encore lui, puni les Bleus et Or, et Ivry s’adjuge logiquement la victoire au terme d’une seconde période bien maîtrisée (24–28). Cette défaite combinée à la victoire de Cesson à Tremblay sonne quasiment comme le glas de fin pour Massy, désormais à 4 points du premier relégable (Cesson). Si à 8 journées de la fin tout est encore possible mathématiquement parlant, le MEHB a bel et bien grillé son dernier joker dans la course au maintien. Seule une victoire à Cesson le 28 mars prochain pourrait relancer quelque peu les débats. Et encore…

Interviews

Tarik Hayatoune, coach massicois : 

On a été plutôt pas trop mal défensivement en première mi-temps. On a aussi bien remonté les ballons. En deuxième par contre on a manqué de rythme, de rigueur. A un moment on a voulu se reprendre en défense, on a été trop agressifs, et on s’est fait vite sanctionnés. Ça nous a mis en difficulté, on a pas réussi à revenir. Chapon fait aussi 2–3 arrêts à des moments importants. Il y a une question d’expérience, de puissance offensive aussi. Malgré tout on s’accroche. Maintenant il va falloir gagner à Cesson. On peut faire l’exploit. Il faut garder espoir. Ça fait deux matchs de plus à gagner que Cesson. À nous d’essayer de relever la tête.

Samir Bellahcene, gardien massicois : 

C’est deux matchs différents entre la première et la deuxième mi-temps. J’ai fait ce que je pouvais en première, offensivement on a été pauvres. On explose en défense en deuxième période. Je n’ai pas d’ explication, c’est un peu l’histoire de notre saison. Avant ce match je  ne voulais pas trop me prendre la tête avec les calculs, mais là c’est sûr, on est clairement en danger. Il nous reste une dernière chance à Cesson, ce sera la dernière.