Le maire de Laval, au Québec, demande l’aide du gouvernement après la fusillade survenue près d’un collège.

LAVAL, Qc. – La ville de Laval, dans la région de Montréal, a besoin d’un soutien financier accru de la part du gouvernement du Québec pour lutter contre la vague croissante de violence armée, a déclaré le maire de la ville samedi, alors que la police continuait à rechercher des suspects dans une fusillade qui a envoyé quatre personnes à l’hôpital.

Les commentaires de Stéphane Boyer ont été faits lors d’une conférence de presse tenue aux côtés du chef de police de Laval Pierre Brochet, où les deux hommes ont fait le point sur la fusillade de vendredi après-midi dans un parc près du Collège Montmorency, un collège appelé Céjep dans la province.

M. Boyer a déclaré qu’il avait parlé avec le ministre provincial de la Sécurité publique, François Bonnardel, après la fusillade, de l’augmentation des crimes violents commis avec des armes à feu impliquant des jeunes au cours des dernières années.

« Nous faisons des progrès », a déclaré M. Boyer. « Mais je demandais un soutien financier du gouvernement provincial, comme celui que Montréal a reçu il y a quelques semaines. »

Les gouvernements fédéral et provincial ont tous deux alloué des millions de dollars aux efforts de Montréal pour combattre la violence armée, qui a connu un pic ces dernières années. M. Boyer a déclaré qu’il croit que Laval a besoin d’une aide gouvernementale comparable.

Des représentants du bureau de M. Bonnardel n’ont pas répondu immédiatement aux questions concernant la demande de M. Boyer. Le premier ministre du Québec, François Legault, s’est toutefois exprimé sur Twitter après la fusillade pour dire que son gouvernement est en contact avec les forces de l’ordre au sujet de l’incident et qu’il s’efforcera de lutter contre la violence armée.

Lire aussi:  Quatre morts dans une épidémie de streptocoque A dans un foyer pour personnes âgées de l'ouest de Montréal

La fusillade de vendredi, qui a entraîné le confinement d’environ 500 étudiants et membres du personnel du Collège Montmorency pendant au moins six heures, a laissé quatre personnes avec des blessures ne mettant pas leur vie en danger. Selon M. Brochet, trois victimes ont été blessées par balle, tandis que la quatrième a été traitée pour une blessure possiblement liée au verre.

Le chef de la police a déclaré qu’une victime âgée de 19 à 20 ans est soupçonnée d’avoir été impliquée dans un gang de rue local connu sous le nom de Flamehead Boys, connu des autorités locales depuis de nombreuses années.

Boyer a déclaré que les efforts de prévention de la criminalité devraient inclure la lutte contre la violence des gangs.

« Nous devons d’abord nous attaquer aux criminels violents, et ensuite travailler avec les enfants pour éviter qu’ils ne rejoignent ces gangs », a déclaré M. Boyer.

La fusillade de vendredi est la dernière d’une série d’incidents violents qui ont secoué Laval ces dernières semaines, y compris une affaire récente dans laquelle un père est accusé d’avoir tué ses deux enfants dans leur maison.

« Bien sûr, ce sont des situations différentes », a reconnu M. Boyer. « Mais ce que nous voulons faire à Laval, c’est nous assurer que nous avons la meilleure force policière, que les enquêtes vont jusqu’au bout et que nous pouvons arrêter toutes les personnes qui sont impliquées dans les crimes. »

Brochet a déclaré que la zone entourant le collège est maintenant sécurisée et que les étudiants peuvent retourner en classe. La police est toujours à la recherche de suspects dans cette affaire, a-t-il ajouté.

Lire aussi:  Les partis du Québec seront assermentés la semaine prochaine, Legault dévoilera son cabinet le 20 octobre

La fusillade a eu lieu le même jour qu’un collège de St-Jean-sur-Richelieu, au sud de Montréal, a été mis en quarantaine pendant plusieurs heures après qu’un homme de 19 ans portant un gilet pare-balles ait été aperçu sur le campus.

La porte-parole de la police locale, Barbara-Anne Dion, a déclaré que l’accusé, Simon-Olivier Frappier, a été inculpé d’un chef d’accusation pour avoir proféré des menaces. Il a fait une apparition virtuelle au tribunal samedi et restera en détention jusqu’à sa prochaine audience, a-t-elle ajouté.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 12 novembre 2022.

A propos de Fleury 3737 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*