Ce sont trois grandes enseignes de La Croix-Blanche qui vont se tenir à l’écart des festivités que sont les soldes d’hiver. L’incendie s’était tout d’abord déclaré dans un des entrepôts du magasin de vêtements Naumy, situé du côté de Fleury-Mérogis, avant de se propager aux boutiques adjacentes. Déclenché vers 1h du matin, l’incendie avait mobilisé quelques 65 sapeurs-pompiers, venus de douze centres de secours différents. Les grandes enseignes Tati et Saint Maclou ainsi que le restaurant le Bureau ont notamment été touchés.
C’est un réel coup dur pour ces grands magasins. Aucune date de réouverture  n’a été avancée pour Tati et Naumy mais une chose est certaine, l’activité ne reprendra pas sur la période stratégique des soldes d’hiver. Le Bureau, en revanche, a rapidement pu se remettre sur pied et assurer le service du 31 décembre.

Saint Maclou sous les eaux

Pas de soldes non plus l’un des leaders de la moquette. Le directeur régional de Saint Maclou, Philippe Flayol avance « des pertes d’exploitation colossales ». Si les flammes s’étaient seulement propagées au niveau de la réserve, le magasin a été inondé suite à l’intervention des pompiers. De plus les fumées ont rendu l’accès au bâtiment extrêmement encadré. Selon les dires de M. Flayol, l’enseigne se laisse 3 à 4 mois pour trouver une solution mais plus de 12 mois de travaux sont déjà à prévoir. Pas de panique pour les habitués de la Croix Blanche. Saint Maclou prévoit entre temps de se réimplanter dans de nouveaux locaux afin de ne pas perdre le contact avec les habitants du Val d’Orge.

Aucun employé mis au chômage technique

Les collaborateurs de Tati et Saint Maclou n’ont pas souffert des répercussions de l’incendie. Dès le lendemain de l’incident, une salle avait été mise à disposition pour discuter des enjeux à venir. Egalement des services de Pôle emploi et de l’agglomération étaient présents pour accompagner le personnel. Aline Cabeza, maire de Fleury-Mérogis (DVG) a en effet confirmé que « tous les employés des deux grosses enseignes avaient été redirigés vers d’autres magasins des mêmes marques ». La direction du Bureau avait quant à elle décidé de placer son personnel en congés payés du 18 au 30 décembre.

L’enquête se poursuit afin de préciser les circonstances de l’incendie. Les soupçons se tournent tout de même largement vers la présence d’une voiture bélier retrouvée au sein des entrepôts de Naumy.