Des départs tonitruants, des départs à retardement. Quelques résultats surprenants, décevants, et parfois encourageants, cette première partie de saison a été très inégale pour nos clubs essonniens qui, avant de retrouver les terrains ou les parquets en ce début d’année 2018, occupent aussi bien les premières, que les dernières places.

[Football] Pour les hommes du FC Fleury 91, c’est la première. Passés non loin de la montée la saison dernière, les Floriacumois ont réussi un départ canon en ce début de saison 2017–2018. Longtemps invaincus, les hommes de Bernard Bouger ont néanmoins connu un léger passage à vide fin octobre en concédant deux défaites consécutives, à Poissy, puis à Bastia-Borgo. Autre résultat négatif, la défaite concédée quelques semaines plus tard sur le terrain de Beauvais. Il n’empêche qu’à la trêve le FCF 91 est champion d’automne de National 2 pour la première fois de son histoire (avec un match en retard), et qualifié pour les 16e de finale de la Coupe de France. Fleury n’a jamais été aussi bien placé pour la montée…

[Football] Le PFC est quant à lui à sa place. Devancées par Marseille au pied du podium la saison dernière, les joueuses du FCF Juvisy partaient avec des ambitions de podium pour cette nouvelle saison. La fusion avec le PFC à l’intersaison laissait présager de belles choses pour cette nouvelle aventure qui peine finalement à démarrer. S’il faut évidemment du temps pour ficeler ce gros projet, force est de constater que, pour l’heure, le PFC est toujours un cran en-dessous. Quatrième à la trêve, le PFC a de nouveau montrer des lacunes face aux gros de ce championnat. Corrigé à Lyon (9–2), puis défait à domicile face à Paris et Montpellier, le PFC montre parfois de grosses lacunes face à des clubs « censés » inférieurs. Les joueuses de Pascal Gouzènes restent d’ailleurs sur une défaite à Marseille, actuelle lanterne rouge. Il faudra alors bien plus de régularité lors de cette deuxième partie de saison pour tenter de titiller Montpellier, 3e à déjà 8 longueurs.

[Football] De bonnes surprises du côté de Sainte-Geneviève et de Viry-Chatillon. Deux équipes qui luttaient pour ne pas descendre la saison dernière et qui se portent plutôt bien en ce début de saison. Les Génovéfains ont profité des nombreux matchs reportés et de leur belle victoire face à Bastia-Borgo lors de la dernière journée pour se placer sur la troisième marche du podium avant la trêve. Avec trois matchs en retard, Viry est quant à lui 8e, mais pourrait même grimper sur le podium en cas de résultats positifs lors des rencontres reportées. Attention tout de même à ne pas s’enflammer pour ces deux clubs dans un championnat qui promet d’être étriqué jusqu’au bout.

Quelques mois après la montée

[Football] Fortune un peu moins glorieuse pour les filles du FC Fleury. Deuxièmes de D2 l’an passé, et surprenantes promues en D1, les joueuses de Nicolas Carric ont eu du mal à s’acclimater à leur nouveau championnat. Pourtant, si l’on occulte les petites corrections encaissées face au PFC et à Montpellier dès l’entame de saison, le FC Fleury Féminines n’a clairement pas à rougir de son parcours. Défaites seulement 2–0 par le PSG lors de la 7e journée, les Floriacumoises sont parvenues à glaner leur première victoire en D1 face à Marseille, concurrent direct pour le maintien. S’en suivent une victoire face à Rodez, et à Guingamp, et les coéquipières de Palacin, désormais hors de la zone de relégation, restent sur 3 victoires en 4 matchs. De bonne augure pour la suite de la saison.

[Handball] Le club le plus en difficulté, c’est peut-être lui. Après une fin de saison exceptionnelle et une accession surprise au top niveau français, le MEHB se bat pour ne pas faire l’ascenseur. La Lidl Starligue, c’est dur, et ce ne sont pas les Massicois qui diront le contraire. Tout comme les féminines du FC Fleury, les handballeurs massicois ont attendu de longues semaines avant de décrocher leur première victoire de la saison. La 11e journée et une victoire (25–23) face à Saran pour être plus précis. Ce sera néanmoins le seul succès des Lions en cette première partie de saison. Chamboulé par de nombreux départs et notamment celui de Steins et du coach Braux, le MEHB tente de se reconstruire autour de son nouveau coach Tarik Hayatoune et d’un pléiade de nouveaux joueurs. Une opération difficile dans un championnat qui ne fait pas de cadeaux. Les Massicois, lanterne rouge, n’ont alors plus qu’une partie de saison pour sauver leur peau.

[Rugby] Lui aussi devra encore cravacher pour sauver sa peau. Après avoir survolé la Fédérale 1 la saison passé, le RCME doit désormais confirmer qu’il a le niveau de la Pro D2. S’il a déjà connu ce championnat dans le passé, le club massicois n’a pas su se maintenir dans ce championnat pour le moins accroché. Cette année, les hommes de Didier Faugeron semblent bien avoir les armes pour le faire. Actuels 12e de ce championnat, Christophe Desassis et ses coéquipiers réalisent une première partie de saison finalement en demi-teinte avec un bilan de 10 défaites pour 7 victoires. A seulement 7 points du premier relégable, le RCME devra notamment améliorer ses performances à l’extérieur pour une fin de saison plus sereine.