Le projet de regroupement hospitalier des établissements de Juvisy-sur-Orge, de Longjumeau et d’Orsay, avec l’optique d’un nouvel hôpital sur Saclay en 2023, a pris forme au long de l’année écoulée. Alors que la ville nouvelle de Saclay sort peu à peu de terre (lire notre article), avec l’accélération des chantiers sur le plateau, ses 1 500 logements et équipements, la construction d’un hôpital sur le secteur de Corbeville est vue d’un bon oeil par les institutions locales. Ce projet d’hôpital unique de 450 lits devrait remplacer les trois hôpitaux actuels, avec la promesse du maintien de structures de proximité sur les villes concernées par la perte de leur établissement.

Car la fermeture annoncée des trois hôpitaux soulève de nombreux questionnements et incompréhensions au sein des bassins de vie touchés (lire notre article). L’hôpital de Juvisy-sur-orge qui a déjà connu la fermeture de sa maternité, doit ainsi fermer ses portes dès 2022, avant le transfert complet en 2023 de ses activités sur le site unique de Saclay. Il doit être remplacé sur place par l’un des trois Centres de consultations et de soins urgents (CCSU), promis pour voir le jour entre 2018 et 2021. Au coeur des contestations de ce projet, les 600 emplois hospitaliers appelés à disparaitre, ou plutôt, qui ne seront pas remplacés. Trois hôpitaux sacrifiés pour un hôpital ultra moderne ? C’est ce que pointent plusieurs élus et le comité de défense des hôpitaux. Pour défendre le bienfondé de son projet, la direction du Groupement hospitalier nord-Essonne (GHNE – structure qui regroupe les établissements), veut donner la priorité à l’ambulatoire. Des médecins en formation de l’AP-HP devraient intégrer le nouvel hôpital, où les soins délivrés seraient à la pointe de la modernité. Il s’agira également d’en faire un lieu d’expérimentation, à travers notamment la médecine connectée.

L’hôpital unique est sur les rails (mars 2017)

carte-hospitaliere-nord91

La carte des établissements hospitaliers présentée par le GHNE (DR)

Si en mars 2017, une grande réunion de présentation du projet réunit à Longjumeau les principaux acteurs du processus, un élu manque à l’appel, Robin Reda, ex-maire de Juvisy-sur-Orge et actuel député de la septième circonscription, se justifiant à l’époque que la commune serait « la grande oubliée du projet et qu’aucune contrepartie crédible n’est proposée ». En cette fin d’année 2017, c’est bien sur le secteur de Juvisy que la fronde gronde. Maires du territoires, citoyens et associations ont enchainé les initiatives pour empêcher que la zone ne devienne un désert médical (lire notre article). Une pétition en ligne contre la fermeture des hôpitaux a atteint plus de 17 000 signatures. Après des années de difficulté structurelle, avec dans le passé un redressement financier ainsi que la fermeture de deux services importants, la maternité et la chirurgie, l’hôpital de Juvisy est plus que jamais sur la sellette. Certains se demandent même comment l’hôpital de Juvisy va fonctionner d’ici sa fermeture. C’est ce qui est ressorti du « grand rassemblement » initié par les élus dans cette même ville (lire notre reportage).

Au menu de ce début d’année 2018, des économies et réorganisations dans les services sont prévues par la direction du GHNE. De quoi provoquer cette fois une levée de bouclier de la part du personnel, avec un appel à la grève dans les blocs opératoires de Longjumeau et Orsay lancé la semaine prochaine. Pendant ce temps, le projet de nouvel hôpital est sélectionné pour être évalué par le jury Copermo, dépendant du ministère et qui pourrait valider l’hôpital unique courant 2018.