Dimanche 9 décembre 2018 : c’est la date désormais annoncée pour l’entrée en fonction du SA 2019, le plan de transformation de la ligne D et de ses branches. Cette « simplification » de la ligne en préparation pour l’an prochain va conduire au redécoupage des branches existantes, dans l’objectif d’améliorer la régularité de la ligne. Les liaisons Corbeil-Paris via Evry-Courcouronnes et Juvisy, et Melun-Paris par Montgeron sortiront renforcées aux heures de pointe de cette transformation. En contrepartie, les usagers des branches Malesherbes, Corbeil-Juvisy par la vallée et Melun-Corbeil auront quant à eux de nouvelles correspondances avec la fin des trains pour Paris.

Notre dossier sur le SA 2019 du RER D

Après plusieurs mois de rencontres entre la direction de la ligne D, les élus et les représentants des usagers, et une ultime phase de « concertation » qui s’est tenue à l’automne (lire notre articleabonnés), c’est ce mercredi 13 décembre que les élus de la Région siégeant à l’ex Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif), devenu Ile-de-France mobilités doivent entériner le nouveau plan de ligne. Entre temps, face à la levée de boucliers de l’association des usagers Sadur et des élus du Sud-Essonne, les cadres de la SNCF, appuyés par les élus favorables au projet comme le vice-président aux Transports Stéphane Beaudet, ont redoublé d’efforts pour faire accepter le principe du projet (lire notre reportage).

Le nouveau Plan de ligne tel qu'il se dessine du côté du sud du RER D

Le nouveau Plan de ligne tel qu’il se dessine du côté du sud du RER D (DR/Transilien SNCF)

Lors d’une ultime réunion du Comité de ligne, le 5 décembre dernier (le compte-rendu sur le blog de la Sadur), la direction du RER D a ainsi mis en avant les améliorations résultant de ces échanges, avec un certain nombre d’engagements à la clé. Si les demandes de maintenir certaines liaisons Paris ont été rejetées après des projections techniques de la SNCF, la question du terrier de Bercy pour permettre l’arrivée de plus de trains sur la capitale va faire l’objet de 33 mois d’étude d’avant projet. Un « plan d’action volontariste » a également été présenté pour notamment traiter les retards et mieux gérer les pannes/accidents. La direction du RER D insiste enfin sur « une évolution des temps de parcours limitée » avec les nouvelles correspondances dans le cadre du SA 2019.

Une argumentation qui ne semble pas avoir convaincu les collectifs opposés aux modifications des branches, l’ADUMEC (branche Malesherbes), et le collectif Val de Seine avec les maires des alentours. Ils organisent un rassemblement symbolique ce mercredi à 8h30, avant l’ouverture du conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités. Au mot d’ordre « Des territoires et des habitants sacrifiés », ces collectifs appellent les usagers à protester contre une décision qualifiée d’« injuste » synonyme de « dégradations garanties » des conditions de voyage. Une mobilisation qui vise à interpeller les élus de la Région avant leur vote. Mais les protestataires devront faire face à un mur, Stéphane Beaudet ne leur dira en effet « rien » de plus, répond-il à Essonne Info : « après 30 réunions de concertation, tout a été dit, et de nombreux efforts ont été faits et proposés ».

Notre dossier sur le SA 2019 du RER D