Comment garder attractive une commune de 1 400 âmes, disposant de peu de services et commerces et à bonne distance des principaux centres urbains des environs (20 minutes en voiture) ? C’est le défi qui caractérise Soisy-sur-Ecole, située à quelques encablures de la zone dense d’Evry et Corbeil, en secteur rural proche, dans ce qu’il est devenu commun d’appeler le « rurbain ». Emploi, transports, mais aussi logement : autant de sujets concernant le mode de vie des habitants du Sud-Essonne, pour lesquels il faut faire preuve d’imagination dans l’optique de renouveler la dynamique de village.

C’est autour de la ferme de Montaquoy et ses terrains, situés en sortie immédiate du bourg, qu’un projet innovant est sur les rails. Ou plutôt trois projets qui se veulent complémentaire. Tout d’abord, l’agricultrice qui a repris l’exploitation familiale s’engage dans une démarche de transition vers l’agroécologie. Des arbres vont petit à petit être reintroduits sur l’ensemble du domaine, selon les principes de l’agroforesterie. Il s’agit selon la spécialiste Agnès Sourisseau de répondre aux problèmes « d’érosion, de sols épuisés, qui peuvent causer des inondations ou des coulées de boue », en replantant de manière réfléchie plusieurs essences. « Les arbres n’empêchent pas les cultures, au contraire » affirme la paysagiste, « en nourrissant les sols, cela renouvelle la matière organique, et favorise la réintroduction d’animaux et insectes indispensables ».

C’est lors d’une journée portes ouvertes au domaine agricole, samedi dernier, que les contours de l’avenir de la ferme ont été présentés, devant une centaine de curieux ayant fait le déplacement pour l’occasion. Car le projet de reconversion de la ferme ne s’arrête pas là. Une partie des bâtiments agricoles non utilisés doivent prochainement être rénovés de fond en comble, pour y accueillir une pépinière d’activités artisanales et artistiques. La ferme mettra ainsi à terme en location des espaces de travail, ateliers, avec une volonté d’y voir se mutualiser des services.

A l'entrée du bourg de Soisy-sur-Ecole, une vingtaine de logements pourraient sortir de terre dans un lotissement d'habitat participatif

A l’entrée du bourg de Soisy-sur-Ecole, une vingtaine de logements pourraient sortir de terre dans un lotissement d’habitat participatif (JM/EI)

Enfin, dernier volet du projet, et non des moindres, une construction d’un lotissement en habitat participatif, sur les terrains de la ferme, en contrebas, proche de l’entrée du bourg de Soisy-sur-Ecole. La société Cpa-Cps le pilote et y propose de « concevoir son projet d’habitat avec ses futurs voisins ». 20 logements pourraient sortir de terre si un nombre suffisant de foyers s’engage dans la démarche. « C’est un projet de vie qui se créera selon l’implication des habitants, qui pourront construire une façon de vivre différente » annonçait ainsi le promoteur devant les personnes intéressées. Le terrain sélectionné est actuellement disponible, et il reste 4 mois pour le porteur de projet pour se décider sur la construction de l’ensemble. Un second terrain serait laissé au bénéfice des futurs habitants, pour y édifier des jardins ou vergers partagés.

Le projet est en tout ça vu d’un bon oeil par la municipalité, pour qui ce lotissement sera situé « dans l’alignement de l’existant » et participera à « redonner une image au centre-bourg » affirme le maire Philippe Berthon. « L’idée est de mélanger habitat et activité économique » poursuit l’édile, tout en ayant l’objectif « d’être en mesure d’accompagner les primo-accédants », notamment des environs, qui ne pourraient pas trouver ce qu’il leur faut dans l’ancien.