Son inspiration n’est autre qu’Abdelwahab Meddeb, cet intellectuel franco-tunisien. Poète, romancier et essayiste, ayant participé à l’écriture d’une vingtaine d’ouvrages, Abdelwahab Meddeb a aussi animé l’émission « Culture d’Islam » sur France Culture pendant une dizaine d’années. Plus qu’une simple inspiration, il est tout simplement devenu le personnage principal du deuxième long-métrage de la réalisatrice Bénédicte Pagnot. Déjà à la baguette de court-métrages comme « Les lendemains », « Mauvaise graine », « La pluie et le beau temps » ou encore « Petite cérémonie », tous sélectionnés pour des festivals, Bénédicte Pagnot s’est alors lancée dans un nouveau genre, celui du documentaire. Sorti le 22 mars dernier, le documentaire « Islam pour mémoire, un voyage avec Abdelwahab Meddeb », retrace alors un voyage, tantôt aux côtés de l’intellectuel franco-tunisien, tantôt seule. Un voyage animé par les rencontres de nouveaux personnages, et l’envie, sans cesse, de diffuser la pensée d’Abdelwahab Meddeb. « J’ai compris qu’il différenciait la religion musulmane, l’islam avec un petit ‘i’, de la civilisation islamique, l’Islam avec un grand ‘I’ », explique alors la réalisatrice lors d’un entretien. Énormément troublée par la disparition de son ami en 2014, Bénédicte Pagnot n’a jamais souhaité rebrousser chemin. Divisé en deux parties, la religion et la civilisation d’un côté, la guerre et la politique de l’autre, son film doit aujourd’hui susciter la curiosité, mais aussi le débat. Ce jeudi à 14h au sein de la bibliothèque universitaire d’Evry, en partenariat avec la section d’Evry de la Ligue des Droits de l’Homme, celui-ci sera projeté, et suivi d’une rencontre avec la réalisatrice. Une projection ouverte à tous qui sera renouvelée le lendemain au sein de la Maison des syndicats d’Evry (18h30).