POLITIQUE > Dans une lettre qui sera diffusée aux corbeil-essonnois, le week-end prochain, Nathalie Boulay-Laurent, l’ex-adjointe de Serge Dassault, en rupture avec ce dernier depuis juillet 2009, annonce sa décision de ne pas porter de liste lors des prochaines échéances municipales. Elle indique également sa décision de ne pas participer à la nouvelle liste de Jean-Pierre Bechter.

Des rumeurs laissaient entendre qu’elle aurait pu rejoindre la liste de Jean-Pierre Bechter, en cours de constitution. Après le retour de Jean-Michel Fritz, à la tête de sa propre liste en 2009, Nathalie Boulay-Laurent, également candidate l’année dernière, aurait pu être attirée par une démarche nouvelle, selon certaines sources. Mais c’est sans appel qu’elle déclare : » Il n’a jamais été question pour moi de figurer sur cette liste ».

Mme Boulay-Laurent tire à boulet rouge sur l’équipe municipale de Serge Dassault

C’est un bilan très critique à l’égard de l’ex-équipe municipale qui est jugé par Nathalie Boulay-Laurent. En matière d’urbanisme comme de développement économique, notamment, elle dénonce un pouvoir « sans vision d’avenir, sans projet global, sans travail en équipe ». Elle parle également d’un problème « sur le plan de l’éthique », concernant les accusations portées sur M. Dassault par ses opposants et en presse.

Figurer maintenant sur la nouvelle liste de Jean-Pierre Bechter reviendrait, selon Mme Boulay-Laurent, à « être complice d’un système totalement contraire aux valeurs qui fondent notre République ainsi qu’aux principes élémentaires de toute démocratie »

Une porte ouverte?

Déclarant à la fois ne pas vouloir conduire de liste ni faire partie de celle de M. Bechter, Nathalie Boulay-Laurent ne ferme pas la porte, dans son communiqué, à une éventuelle participation sur une autre liste. Outre un travail au sein de la liste de M. Piriou, de rassemblement de la gauche, elle pourrait être tentée de se tourner vers les autres prétendants classés à droite.

La seule certitude réside en son affirmation : « J’ai décidé de ne pas conduire de liste car le moment n’est pas venu »

Cette décision n’implique pas que la responsable du Modem restera en dehors du scrutin. Même si elle note une « multiplication des scrutins municipaux [qui] ne fait qu’augmenter l’agacement des électeurs », ainsi qu’un trop grand nombre de listes qui conduirait « à un rejet toujours plus grand de la classe politique dans son ensemble et donc à l’abstention », Mme Boulay-Laurent pourrait être l’objet de propositions de la part de nouvelles listes qui  se déclarent. Jean-François Bayle, adjoint dans la précédente mandature, a ainsi annoncé sa candidature lundi, quelques jours après l’officialisation de la démarche de liste présentée par Jean-Luc Raymond.