Aujourd’hui, 25 081 personnes touchent le revenu de solidarité active (RSA) en Essonne. « Le plus dur pour ces personnes, c’est bien souvent de retrouver un emploi derrière », avance le président du Département François Durovray. Plus précisément, le président du Conseil départemental pointe du doigt une « réalité vécue » par de nombreux bénéficiaires. « La plupart des bénéficiaires du RSA ont envie de retrouver un emploi. Or, avec les services du Département, nous nous sommes aperçus que certaines personnes refusent de trouver un emploi, car cela leur coûte plus cher que s’ils restaient au RSA. C’est pourquoi nous avons décidé de mettre en place un dispositif pour faire en sorte d’améliorer le nombre de sorties positives du RSA », explique François Durovray. C’est dans ce cadre que les services du Département ont mis en place le ‘Pack sortie RSA’.

Ce programme a été présenté ce lundi 13 novembre lors de l’Assemblée départementale par la vice-présidente en charge de la cohésion sociale, Sandrine Gelot. « Les travaux constitutifs de ce pacte ont mis en avant la nécessité d’accompagner les bénéficiaires du RSA au-delà de leur reprise d’activité, afin de sécuriser le parcours », présente la vice-présidente. Ainsi, le Département s’engage à accompagner les personnes durant les premiers mois de leur nouveau travail. Un suivi social et financier qui se fera sur six mois.

150 personnes concernées pour 2018

Les aides proposées par le Conseil départemental portent notamment sur le transport, la vie quotidienne ou encore la garde d’enfant. « C’est un dispositif inventé sur mesure pour les bénéficiaires, en partenariat avec certains d’entre eux », révèle François Durovray. Ainsi, le Département prendra notamment à sa charge l’attribution d’un montant maximum de 75€, équivalent au prix d’une carte de transport toutes zones dans l’attente de la prise en charge à 50% par l’employeur, et si la prise en charge à 100% par Ile-de-France Mobilités (ex-Stif) a cessé. Des chéquiers d’insertion permettant une aide de 100€ par trimestre vont aussi être délivrés. Enfin pour la garde d’enfant, une aide mensuelle allant jusqu’à 150€ pourra être allouée aux bénéficiaires.

Voté ce lundi lors de l’Assemblée départementale, ce plan entrera en vigueur le 1er décembre prochain. Pour cette fin d’année 2017, une première enveloppe budgétaire a été dégagée. « Pour 2017, nous consacrerons un budget de 48 050€ », dévoile Sandrine Gelot. Une enveloppe qui sera réévaluée à la hausse pour 2018, durant laquelle 200 000€ seront injectés dans ce programme. « Au total, près de 150 personnes seront concernées dans un premier temps », commente la vice-présidente du CD. Une initiative que salue l’opposition départementale : « Je souscris pleinement à ce pacte, confie Anne Launay, conseillère d’opposition. La collectivité à tout à gagner en accompagnant les gens du RSA », affirme cette dernière avant de s’interroger sur la portée du dispositif. « Il ne faut pas se fixer de limite, lance alors François Durovray. On lance une bouée et nous espérons que de nombreuses personnes pourront la saisir ».