Le passage à l’heure hivernal effectué, la trêve hivernale quant aux expulsions lancée, ou encore les températures en chute libre, plus de doute, l’hiver arrive à grands pas sur l’hexagone. L’occasion pour de nombreuses personnes de profiter d’un chauffage collectif réactivé, ou bien de rallumer les cheminées. L’occasion aussi pour le département de l’Essonne de remettre en avant un dispositif voté en décembre dernier et progressivement mis en place depuis le mois de mars. Ce dispositif, c’est la prime Air-Bois, et à vrai dire, on n’en avait jamais autant entendu parler que lors de ces derniers jours.

Mille euros, c’est ce qu’offre (au maximum) le département à qui souhaite remplacer son vieux poêle, son vieil insert, ou encore sa vieille petite chaudière. Qui dit vieille, parle d’une installation datant d’avant 2002. En Essonne, environ 2000 foyers pourraient ainsi profiter de cette aide financière. Seuls des habitants de Cœur d’Essonne Agglomération, de la Communauté d’agglomération de Paris-Saclay, de la Communauté de communes du Pays de Limours, ou encore de la Communauté d’agglomération Val d’Yerres Val de Seine, sont par ailleurs éligibles. Détenteurs de chauffage d’appoint ou encore de cheminées à foyers ouverts, s’abstenir, il faut alors principalement se chauffer au bois et être muni d’un foyer fermé pour en profiter.

Autre condition pour pouvoir profiter de cette prime Air-Bois, le remplacement du vieux matériel par un appareil flamme verte 7 étoiles ou équivalent, et une installation effectuée par une entreprise qualifiée. La destruction de l’ancien équipement devra ensuite être prouvée pour enfin bénéficier de cette fameuse prime. « Ce dispositif sera reconduit pour toute l’année 2018 », assure ALEC Ouest Essonne, relayeur d’information. « Il a été mis en place plus pour améliorer la qualité de l’air que pour faire de l’économie d’énergie ». Surtout, n’oubliez pas avant toute chose d’envoyer votre demande au département afin de tester votre éligibilité.

Le dossier de demande