L’installation du Cirque de l’Europe à Saulx-les-Chartreux sur le parking du Carrefour de la Ville du Bois a soulevé la colère de nombreux citoyens et associations françaises. En effet, une pétition a été lancée par une habitante de la Ville du Bois le 17 octobre 2017 nommée : « Non à l’exploitation animale du cirque de l’Europe sur le parking de Carrefour VDB (Ville Du Bois) ». En huit jours, elle a récolté 25 356 et 1 039 commentaires. Trois acteurs principaux ont été visés dans cette pétition, à savoir les maires de la Ville du Bois et de Saulx-les-Chartreux et le directeur du centre commercial qui accueille le cirque. Face à cette fronde, la mairie de la Ville du Bois botte en touche. « On s’accorde à ne pas rentrer dans le débat, le Cirque de l’Europe implanté sur le parking de Carrefour est du domaine privé, aucune démarche n’a donc été faite auprès de Carrefour. » indique Jean-Pierre Meur, le maire de la Ville du Bois.

La pétition a fait le tour du monde, comme le montre ce commentaire de Bernadette vivant en Nouvelle-Calédonie : « Nous avons le devoir de faire en sorte que les derniers animaux de ce monde vivent heureux et donc il faut stopper l’esclavage des animaux comme les cirques et honte aux grandes surfaces qui se servent des animaux pour attirer les enfants et faire que les parents consommeront plus ». Les conditions de vie des animaux inquiètent Nathalie, l’instigatrice de la pétition contre le cirque, « il n’est pas dans la nature de l’animal de faire des numéros de clowns et le public est encore loin de s’imaginer les techniques qui sont utilisées ». La présence d’animaux dans les cirques fait en effet polémique depuis la fermeture du grand cirque américain Ringling Bros and Barnum & Bailey Circus, qui a remballé son chapiteau après cent-quarante-six ans d’existence. Nicolas Hulot, Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie s’est également prononcé sur le sujet, « Je ne suis pas favorable à la captivité des animaux, pas favorable à l’idée que l’on fasse du spectacle avec cette activité-là », avait-il déclaré début août 2017 lors du Conseil des ministres.

Publicité du cirque de l'Europe sur le panneau de l'affichage administratif de la Ville du Bois. (SH/EI)

Publicité du cirque de l’Europe sur le panneau de l’affichage administratif de la Ville du Bois. (SH/EI)

Nathalie, « lanceuse d’alerte » a notamment réalisé plusieurs démarches pour mettre fin aux affichages publicitaires sauvages du cirque de l’Europe dans la Ville du Bois. Interpellée, la police municipale ne peut rien faire à ce niveau, « ils sont bloqués par la commune » affirme-t-elle. Les pages Facebook et Twitter du Carrefour de la Ville du Bois commencent à recevoir les foudres de nombreux clients effarés par la situation des animaux sur le parking. « Les animaux sont enfermés dans des cages, dans des camions, l’éléphant marche à même le bitume du parking de Carrefour. » déplore cette pétitionnaire. De son côté, le centre commercial tente de répondre aux commentaires sur les réseaux sociaux, « Nous n’avons malheureusement pas de droit de regard sur l’installation du cirque, qui dépend de la direction du centre commercial et de l’autorisation de la mairie. Nous avons déjà effectué une demande en ce sens, sans réponse positive. Nous vous invitons à contacter directement le centre ou la mairie ». La directrice de la grande surface visée, Perrine Borreli, prend l’affaire au sérieux. Avec l’accord général du directeur du centre commercial et de Carrefour Properties, l’évènement ne sera plus reconduit sur le site. « On reproduit généralement les évènements qui fonctionnent, comme le cirque. Au vu de cette grande montée d’opinion, on prend en compte les mécontentements qui ont pu surgir à propos des animaux. C’est pourquoi, on ne reproduira pas l’opération les fois prochaines. C’est une décision générale et collaborative.  », commente l’intéressée.

Commentaires sur la page Facebook de Carrefour Ville du Bois

Commentaires sur la page Facebook de Carrefour Ville du Bois (Capture)

L’éléphante présente sur le cirque, prénommée Simba a déjà suscité de nombreux émois face à sa situation. L’animale est tristement célèbre pour avoir tué un homme en 2013 dans le département de Seine-et-Marne. L’association One Voice qui mène une lutte non violente pour les droits fondamentaux des animaux et pour la dignité de chaque individu, dont Murielle Arnal présidente de l’association, se confit à se sujet, « Nous suivons depuis très longtemps l’éléphante Simba depuis 2003 exactement, en 2013 elle avait déjà tué quelqu’un en voulant s’enfuir. Un sanctuaire est prêt depuis de nombreuses années déjà pour l’accueillir ».

L’ambiance n’est pas la même du côté de la municipalité de Saulx-les-Chartreux, le maire de la ville s’est déplacé directement ce mardi 24 octobre sur le site pour constater de ses propres yeux les conditions de captivité des animaux au cirque de l’Europe. « Je suis parti constater avec la police municipale sur place, force est de constater que les animaux sont bien nourris, le gérant du cirque m’a également montré son certificat d’agrément qui est en règle. Sur le procédé je reste complètement neutre », nous explique Stéphane Bazile, maire de Saulx-les-Chartreux. Une demande a été faite auprès des autorités préfectorales afin qu’elles constatent à leur tour s’il y existe une éventuelle dérive.

Une soixantaine de ville française ont signé des arrêtés municipaux interdisant les cirques d’animaux sauvages ou domestiques. Ainsi, 62 communes françaises, dont 15 de plus de 20 000 habitants ont déjà dit « non » aux cirques avec animaux. Parmi ces villes, figurent notamment les communes essonniennes de Viry-Châtillon et de Yerres.