Les deux chambres consulaires du département ont officialisé hier un partenariat qui était déjà dans les cordes depuis quelques semaines. La CMA et la CCI ont ainsi choisi de mutualiser une partie de leurs moyens afin de « répondre aux défis de la croissance économique, à celui de l’emploi, mais aussi au maintien du développement économique de proximité », résume Laurent Munerot, le président de la CMA. Les deux chambres proposeront notamment une offre de service commune. « Plusieurs artisans ou entrepreneurs traitent à la fois avec la CCI et la CMA. L’objectif est de faire en sorte de facilité le suivi grâce à la mutualisation de certains services de nos deux structures », poursuit Laurent Munerot.

Ce partenariat s’articule ainsi autour de neuf thématiques fortes, parmi lesquelles le maintien du tissu économique, la transformation numérique, la création ou la reprise des entreprises ou encore de travailler sur un projet d’accompagnement commun des entreprises en difficultés, « car même si nous notons un regain de l’activité économique, il y a encore des entreprises en difficultés », confie le président de la CMA.

Mais la mutualisation des services ne sous-entend pas de faire des économies au sein du fonctionnement des deux chambres départementales. « L’idée, c’est travail en commun et chambre à part », note Laurent Munerot. « Avec ce plan, nous agissons plus pour offrir un meilleur aiguillage aux interlocuteurs, plutôt que de faire des économies », précise Emmanuel Miller, le président de la CCI. Ce dernier avait d’ailleurs dénoncé la baisse des dotations dont est victime la CCI de l’Essonne. Pour rappel, la chambre de commerce avait enregistré une baisse de 17% de ses revenus pour 2018, soient 2,2 millions d’euros de moins. « Il n’est pas question de fusion entre nos chambres, reprend ainsi Emmanuel Miller. Toutefois, ce dossier est sur le bureau du ministre Bruno Le Maire. Nous ne sommes pas pressés d’en arriver à une possible fusion », a-t-il conclu.