Le Tram 12 Express traversera 13 communes, dont Epinay-sur-Orge, Grigny, Évry etc… Ce nouveau transport concernera 40 000 voyageurs par jour à sa mise en service. Ce projet d’envergure va relier les gares RER de Massy-Palaiseau (lignes B et C) et d’Evry-Courcouronnes (ligne D). En tout, la longueur de la ligne sera de 20,4 kms dont 10 sur le réseau ferré national existant du RER C (Ndlr: Massy à Epinay-sur-Orge). « Projet emblématique du nouveau contrat plan Etat-Région (CPER) signé le 7 février 2017, ce projet structurant pour l’Essonne et pour l’agglomération Paris-Saclay va changer la vie de 40 000 voyageurs par jour en desservant le territoire entre Massy et Evry à une fréquence de 10 minutes.  », annonçaient les acteurs principaux du projet Tram 12 Express, lors de l’annonce du bouclage de son financement en début d’année (lire notre article). Pour le moment pourtant, le projet semble avancer plus lentement que prévu.

Le Tram-Train renommé entre temps Tram 12 express reliant Massy à Evry a entamé sa longue route de travaux dans l’Essonne. Si sa date de mise en service du tramway est prévue en 2020, elle serait aujourd’hui remise en cause. Par peur de perdre en crédibilité quant à ce grand projet, l’agglo Grand Paris Sud (Evry-Corbeil) demande dans une longue lettre datant du 18 septembre, une réunion d’urgence avec la SNCF, Ile-de-France mobilités (ex-STIF), les élus, et les associations concernées. La communication entre les principaux acteurs du sujet semble à ce jour compliquée. En effet, Grand Paris Sud a reçu une information de la part d’associations d’une possible mise en service du Tram 12 Express à l’horizon 2022, soit avec un an et demi de retard par rapport à la date initiale.

Un soucis de communication

La SNCF n’a jusqu’ici pas répondu au courrier qui lui est directement destiné. Mais dans une interview accordée au Parisien, elle fait simplement état d’une mise en circulation retardée pour plusieurs raisons. De son côté, c’est par un tweet de la Fédération Nationale syndicale des Transports que l’agglomération a été alertée d’un possible report à 2022. Le planning précédent prévoyait une fin de travaux pour 2019 et une mise en circulation pour 2020. Le nouveau calendrier qui serait en préparation est le résultat de plusieurs soucis rencontrés depuis, notamment financiers, et des ressources humaines insuffisantes à l’élaboration du projet dans les temps. Plusieurs grands travaux sont en cours en Ile-de-France (rallongement de la ligne 14, chantier urbain, Tram 1…), ce qui complique les choses pour l’entreprise ferroviaire qui doit gérer tous ces chantiers à la fois. « La SNCF travaille actuellement à faire de la place dans la programmation existante pour élaborer un nouveau calendrier de travaux, compatible avec les besoins de circulation des trains et l’ensemble des travaux de modernisation. », explique-t-on du côté de la SNCF .

La gêne occasionnée auprès des riverains, des routiers et des usagers du RER D devient parfois pesante. C’est le cas du côté du quartier du Bois-Briard à Courcouronnes, où il y a d’ores et déjà un lourd réaménagement urbain pour transformer la RD 446, axe qui relie Courcouronnes à la Francilienne afin d’accueillir les rames du Tram 12. Le STIF et Grand Paris Sud sont les maîtres d’ouvrage de ce grand réaménagement qui sera livré dans les dates prévues. Des travaux très lourds, pour le plus grand malheur des automobilistes notamment, à cause des bouchons et des déviations. Le pont en construction qui doublera le pont Delouvrier rejoignant Évry doit permettre le passage du Tram 12 Express de l’autoroute A6. Ce retard annoncé ne ferait qu’amplifier les soucis quotidiens des usagers qui empruntent les axes touchés par le projet du Tram 12. « On va continuer à se battre pour conserver le calendrier initial de la SNCF » confirme-t-on dans les services de l’agglo.

Les_secteurs_concernes

La requalification de Bois Briard (Grand Paris Sud)

Le financement a un train de retard

Le coût prévisionnel du Tram 12 Express est estimé à 553,1 millions d’euros, ce qui, pour la SNCF, ne suffit pas. Si le montant de la phase de réalisation de l’opération s’élève à 475 millions d’euros courants, la société demande plus. D’après le communiqué de l’agglo, les financeurs, l’État, la Région Île-de-France, le Département de l’Essonne et SNCF Réseau en tête, se sont engagés à mettre en place les financements nécessaires à la réalisation des travaux. Le déblocage des fonds arrive pourtant « beaucoup trop tardivement » nous indique Grand Paris Sud, ceci expliquant le retard annoncé des travaux. C’est ainsi que les maires de plusieurs villes concernées par le projet demandent le respect du calendrier initial afin de ne pas amplifier les désagréments causés par les mises en chantier à Evry ou encore Epinay.

D’après la SNCF, le dialogue se poursuit avec les élus du territoire et les associations qui ont fait état de leur préoccupation concernant le calendrier du projet T12 Express. L’entreprise ferroviaire se plaint du retard dans l’attribution des financements : « Les discussions impliquent également l’Etat et la région IDF, les financeurs du projet. Pour mémoire, la convention de financement de ce projet n’a été bouclée qu’en février dernier, le chantier ayant dû être interrompu en 2016, alors que trois années sont nécessaires entre la programmation et les premiers coups de pioche  », précise le service communication de SNCF.

Pour le moment, le nouveau calendrier n’est pas diffusé, la SNCF prévoit de le partager officiellement avec les élus dans les semaines qui viennent.

Délogés pour laisser passer le Tram 12 Express