James Harden, Kristofer Hivju, Jack Garratt, Rick Ross… Sportifs, acteurs, chanteurs… ils en portent tous une. La barbe ! Décriée à certaines époques, celle-ci est désormais adulée. La barbe a connu un retour fracassant il y a de ça quelques années, devenant un véritable accessoire de mode au masculin. L’image négligée qu’elle a parfois pu renvoyer n’est clairement plus d’actualité, l’homme prend désormais bien soin d’elle. Et si le terme « hipster » sifflote dans nos oreilles dès que l’on voit un homme barbu, difficile aujourd’hui de ranger tous les barbus dans la même case. Impossible même. Seuls les non barbus peuvent désormais être classés. Ils le sont le plus souvent dans la case des imberbes, quasiment les seuls à ne pas avoir de barbe, non par volonté, ni par manque de goût, mais seulement par manque de choix.

Un salon flambant neuf (DR).

Un salon flambant neuf (DR).

Et si les barbes sont revenues à la mode, nombreux sont ceux qui ont souhaité surfer sur la vague. Les barbiers ont eux aussi connu un retour en force ces dernières années. Dans la capitale dans un premier temps, où les salons se font de plus en plus nombreux, puis en banlieue, et dans le reste de la France. En Essonne, les Barber shop sont beaucoup moins nombreux qu’à Paris, mais tentent petit à petit de s’implanter. Dernier en date, à Sainte-Geneviève-des-Bois. Son nom ? La Barberie. Son originalité ? Il y en a plusieurs à vrai dire.

Ouverte depuis le 22 août dernier, « La Barberie » n’est autre que le fruit d’une idée mûrement réfléchie dans la tête de Ludivine. Et oui, une femme, c’est assez rare pour être signalé. « Il y en a que ça déstabilise un peu. Mais ça change. J’ai une autre approche, un autre regard », raconte l’intéressée. A 30 ans, cette habitante de Sainte-Geneviève-des Bois a décidé de se mettre à son compte après 10 années passées chez Jean-Louis David. « Il n’y a pas beaucoup de barbiers en Essonne, et il y a une vraie demande. Aujourd’hui les hommes prennent de plus en plus soin d’eux. Ils prennent de plus en plus de temps pour eux », affirme la jeune barbière. « La barbe, c’est tendance ».

Depuis son ouverture, « La Barberie » connaît un plaisant succès. De nombreux barbus du département viennent ici tailler leur barbe, leurs cheveux, ou profiter des conseils avisés de Ludivine. « J’ai eu des gens de Boissy-sous-Saint-Yon, d’Igny… », précise-t-elle. « Je suis satisfaite, je suis pratiquement complète tous les jours. C’est assez positif ». Seule dans ses 100m², Ludivine cumule environ 15 rendez-vous par jour. Un rythme soutenu pour cette jeune génofévaine, à la recherche de barbiers pour venir l’épauler dans son salon liant le côté chic et rock à la tradition barbière.

"Le 'Petit' Français" d'Etampes fait des ravages (DR).

« Le ‘Petit’ Français » d’Etampes fait des ravages (DR).

Cette tradition barbière, on la retrouve également chez Alex, propriétaire du Barber shop « Le ‘Petit’ français » situé à Etampes. « Lui il marche très bien », lâche Ludivine, la propriétaire de « La Barberie ». Coiffeur depuis plus de 12 ans, Alex décide de se mettre à son compte il y a 5 ans. Après un passage dans une ancienne menuiserie d’Olainville avec un ami préparateur moto, ce barbier de 31 ans exerce désormais aux côtés de 5 tatoueurs dans les locaux de « Chez Rémy Tattoo », à Etampes. Alex est devenu une véritable référence dans le sud Essonne, et même au-delà. Ambiance biker, salon vintage à foison, Alex a même créé « Homme de Gaule », sa propre marque de vêtements (bonnets, sweats, T-shirts, casquettes). « C’est une marque 100% faite en France », précise-t-il. Victime de sa réussite, Alex est overbooké, et travaille généralement sans compter pour le bonheur de ses clients, qui le lui rendent bien. « Il y a trois mois d’attente pour avoir un rendez-vous ».

C’est au coin de la rue Henri Rochefort, aux Epinettes à Evry, que Moodi (29 ans) et Sidi (25 ans ) ont quant à eux choisi d’ouvrir leur Barber shop. Le Corner bat lui son plein depuis le 4 avril dernier. « Un jour je me suis assis dans un salon de coiffure, et je me suis demandé pourquoi il n’y avait pas ça, ça, ou ça », explique Moodi. « Ça », ce sont toutes les prestations que propose actuellement « Le Corner ». Ici on peut simplement boire un verre, regarder des matchs de foot ou encore jouer à la play, dans une ambiance principalement hip-hop, à l’américaine. « Pendant notre coupe on se sent aux Etats-Unis », poursuit le gérant relatant les propos d’un de ses clients. « Ici l’attente n’est pas un problème ».

Depuis Avril, "Le Corner" est parvenu à se faire une place dans le paysage évryen (GD/EI).

Depuis Avril, « Le Corner » est parvenu à se faire une place dans le paysage évryen (GD/EI).

60m², 5 coiffeurs d’origines différentes pour que « tout le monde s’y retrouve », des produits de qualité, « Le Corner » est en pleine expansion, et ce n’est surement pas fini. Moodi et Sidi ont pour ambition de conquérir le Sud Essonne. Mais en fait, pourquoi « Le Corner » ? « On a toujours cette idée en tête de se dire que les bonnes choses sont à Paris, ou en centre ville. Nous on a voulu changer ça, donc on s’est mis à l’entrée d’un quartier, dans un coin de rue », conclut Moodi. Il ne vous reste plus qu’à prendre rendez-vous.

Toutes les infos ci-dessous :

La Barberie : 140 avenue Gabriel Péri, 91700 Sainte-Geneviève-des-Bois.
Le « Petit » Français, Rémy Tattoo : 6 avenue de Paris, 91150 Etampes.
Le Corner : 9 bis rue Henri Rochefort, 91000 Evry.