Maillots de bain, bouées, serviettes de plage… Bref, tous les accessoires des vacances à la plage étaient réunis ce samedi 2 septembre dans la petite commune de Janvry. Au programme ce soir-là, pas de baignade, mais un rassemblement pour soutenir le maire Christian Schœttl dans son bras de fer engagé avec les services préfectoraux dans le courant de l’été. Car pour rappel, ces derniers avaient notifié au maire par arrêté préfectoral la fermeture de la piscine gonflable installée à proximité de la buvette du fameux bar de la plage. Une fermeture demandée notamment à cause de « manquements aux normes d’hygiène et de sécurité », ainsi qu’un « manque de qualifications des encadrants ». Mais celle-ci avait finalement rouvert le 21 août dernier, grâce au recrutement d’un surveillant de baignade.

Mais la hache de guerre ne semblait pas enterrée pour autant. En effet, le maire de Janvry organisait ce samedi 2 septembre un rassemblement pour dénoncer « les abus de pouvoir et de d’autorité » des services de l’Etat. « Ils ne sont que des machines à broyer », relançait alors le maire devant une foule de près de 300 personnes au sein de laquelle figuraient de nombreux élus maires et/ou élus du territoire. « Ce sont des milliers de gosses qui trouvent un oasis dans le cœur de l’été en venant au Bar de la plage depuis 17 ans. Nous avons toujours pris les précautions qu’il fallait en termes de sécurité. Cela va du bon sens, relate Christian Schœttl. Alors que mettre un arrêté préfectoral contre une piscine, c’est démesuré. C’est un non-sens ».

Christian Schoettl aura passé son été à discuter avec les services préfectoraux (JL/EI)

Christian Schoettl aura passé son été à discuter avec les services préfectoraux (JL/EI)

Mais le pire pour le maire de Janvry, c’est que les normes mises en vigueur pour encadrer la baignade au Bar de la plage ont été mises en place par… les services préfectoraux eux-mêmes il y a quelques années. « Nous devons avoir le même statut que les campings. A l’époque, c’est la direction départementale de la jeunesse et des sports (DDJS) qui nous l’avait signifié. Chose que nous avons fait ».

Ainsi, le maire de la petite commune craint pour la saison prochaine que le discours ne cesse d’évoluer dans un sens plus radical : « Pas de plage sans maître-nageur risque-t-on d’entendre. Alors qu’il s’agit d’une piscine gonflable de 80 cm de profondeur, déplore Christian Schœttl. Quelle est cette rigidité folle ? Il faut que nos petits villages soient des laboratoires d’idées. Il faut qu’il y règne du bon sens ».

Près de 300 personnes avaient fait le déplacement à Janvry (JL/EI)

Près de 300 personnes avaient fait le déplacement à Janvry (JL/EI)

Lire notre dossier sur la piscine de Janvry