Les prétendants aux Sénatoriales commencent à se placer sur la ligne de départ, avant le dépôt des listes prévu la semaine prochaine. Alors que les tractations se sont poursuivies cet été (lire notre article), les candidats LR ont officialisé ce lundi matin la composition de leur liste, conduite par le binôme Jean-Raymond Hugonet (DVD) et Laure Darcos (LR), respectivement maire de Limours et conseillère départementale de Gif.

Et le maître mot de cette démarche nommée ‘Engagés pour l’Essonne’ est bien de tenter de rassembler largement chez les élus de droite dans le département, majoritaires avec leurs alliés depuis 2014 et les dernières municipales. A côté de la démarche plus centriste du maire de Massy Vincent Delahaye et ses « 60 maires » affichés dans son comité de soutien, les responsables LR entendent faire le poids en dévoilant leur liste. On y trouve ainsi le président du Conseil départemental François Durovray – en 7ème position symbolique – ainsi que le maire de Courcouronnes et vice-président aux transports à la Région Stéphane Beaudet (5ème), par ailleurs président de l’association des maires d’Ile-de-France (Amif).

Sénatoriales : les grandes manoeuvres de l’été (abonnés)

Les instigateurs de la liste veulent convaincre leurs collègues élus locaux, les grands électeurs appelés à voter le 24 septembre prochain, qu’ils seront les mieux à même de défendre leur « territoire », « au moment où les vivres sont coupées » justifie Stéphane Beaudet, qui s’insurge contre la volonté du gouvernement Macron de réduire le nombre d’élus locaux « alors que le modèle de nos collectivités est à réinventer, et que 90% des 600 000 élus locaux sont bénévoles, nous sommes le socle social ». La Conférence des territoires organisée en juillet à aussi laissé un goût amer à ces élus LR, après l’annonce de 300 millions d’euros de coupes supplémentaires dans les dotations aux collectivités.

Ni majorité, ni opposition

De la à faire de ces possibles sénateurs des opposants à la politique ‎gouvernementale ? Les candidats LR assurent se retrouver dans le positionnement de l’actuel président de la Haute assemblée, l’élu des Yvelines Gérard Larcher, par ailleurs candidat à sa succession à ce poste. On ne veut plus parler de « majorité » ou d’ « opposition » dans la bouche de ces candidats : « on ne veut plus être pour ou contre » assure Laure Darcos, qui promet par exemple de se battre sur les emplois aidés. « Nous voulons représenter les territoires, et donc être pragmatiques » complète Jean-Raymond Hugonet, qui voit d’un mauvais oeil comme ses collègues la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages « sans compensation suffisante » pour les collectivités.

Plusieurs proximités de vue existent toutefois avec le gouvernement, concernant certains de ses chantiers législatifs. L’organisation territoriale en Ile-de-France en fait partie, et Stéphane Beaudet ne se dit ainsi pas contre un rapprochement de la Région avec la Métropole, pour réduire le mille-feuille territorial, « mais à condition qu’on planche en même temps sur le mode de gouvernance et d’élection de la Région-Métropole » plaide-t-il. Ce chantier de la Metropolisation, avec l’aménagement et les services publics ruraux sont les priorités mises en avant par la liste ‘Engagés pour l’Essonne’.

Dassault parraine la liste LR

Avec le tête de liste, lui aussi président d’une association de maires, en l’occurrence l’Union des maires du 91, les responsables LR ‎entendent « rassembler et renouveler », avec une volonté de représenter « les communes de toutes les tailles », selon Jean-Raymond Hugonet, qui s’est aussi entouré de la maire de Roinvilliers (106 habitants) Huguette Denis, en position non éligible (6ème de liste). Le président du Val d’Essonne et vice-president au Département Patrick Imbert (3ème) et l’adjointe au maire de Vigneux Nicole Poinsot (4ème) complètent le tableau.

Sénateur sortant, Serge Dassault qui songeait un temps à se représenter, adoube la démarche en étant désigné président du comité de soutien à la liste LR. Un parrainage obtenu après plusieurs mois de tractations, que Georges Tron, maire de Draveil et ancien président de la fédération UMP ne semble pas avoir digéré. « La façon dont a été traité le sortant est révoltante, avec une grossièreté et une violence inouïe » s’insurge celui qui est aussi conseiller départemental d’opposition, face à François Durovray. Ce dernier préfère se réjouir du « passage de temoin » de Serge Dassault, tout en glissant, avec un sourire, « je lui ai parlé ».

Pas de dissidents ?

Le risque de candidature dissidente pourrait cependant ne pas menacer cette unité affichée, puisque Georges Tron ne conduira finalement pas de liste, comme il le confirme à Essonne Info, après un long soupir : « je considère que la division fragiliserait notre liste », ajoutant que « sur le fond et la forme, et malgré sa personnalité amicale et force respectable », la candidature Hugonet « laisse beaucoup de gens perplexes ». Le maire de Draveil veut faire passer le message « à la fédération » des Républicains, tout en soulignant que « toute fraction serait malvenue », même si lui-même aurait pu se porter candidat, affirme-t-il : « sans prétention, j’avais les moyens de, mais on n’a pas besoin de dissidence ».

Un message qu’entendra peut-être également l’ancien maire de Brunoy et ex-sénateur Laurent Béteille, qui annonçait cet été plancher sur la composition de sa propre liste, comme en 2011 et sa courte défaite : « pour l’instant ce n’est pas encore décidé, cela dépendra de mes soutiens », précisant qu’il se prononcera sur sa candidature d’ici la fin de semaine. Il semble en tout cas en cette fin août plus proche de renoncer que d’être candidat, assurant tout de même que « des amis m’encouragent à y aller », sans dévoiler ses possibles co-listiers. Du côté de la liste LR, on ne « croit pas » en une candidature dissidente à droite, « entre la liste Delahaye et nous, il reste peu d’espace » assure Stéphane Beaudet.

La liste Hugonet pour le sénatoriales présentée ce lundi, de gauche à droite Patrick Imbert, Nicole Poinsot, Jean-Raymond Hugonet, Laure Darcos, Stéphane Beaudet, Huguette Denis et François Durovray

La liste Hugonet présentée ce lundi (JM/EI)