Petit événement, ce dimanche matin à la Grange aux Bois, salle municipale de la commune d’Yerres. Le conseil municipal se réunissait en séance extraordinaire, pour entériner la passation de pouvoir à la tête de la commune de 29 000 habitants. Devant plus de 100 personnes, Nicolas Dupont-Aignan, élu pour la première fois en 1995, a passé le flambeau à son premier adjoint, Olivier Clodong. Après plusieurs hommages rendus à NDA, une réorganisation de l’équipe municipale a été présentée, dans laquelle celui qui a été réélu député en juin dernier fonctionnera « en tandem » avec le nouveau maire.

Car le président de Debout la France et candidat à l’élection présidentielle le confirme sans détour : il gardera bien un oeil sur les affaires de sa commune. « Ce n’est ni un adieu, ni un au revoir, pour ceux qui voulaient me voir partir, pas de pot » a-t-il lancé, en référence notamment aux mobilisations dans sa commune après son ralliement à Marine Le Pen dans l’entre deux tours. Il est aussi longuement revenu sur son bilan comme maire, en remerciant les habitants pour leur « confiance renouvelée », ainsi que l’équipe qui l’accompagne depuis 20 ans. « Cette confiance n’est pas tombée du ciel, elle est le fruit d’une méthode, ceux qui n’ont pas compris sont des jaloux » a insisté NDA, citant quelques réalisations, comme la rénovation de la prioprieté Caillebotte, l’urbanisme « maîtrisé », la réhabilitation de quartiers « en concertation », ou encore la dette « divisée par deux ».

Après la ville, l’agglo ?

Plusieurs prises de parole sont venues rendre hommage aux mandats exercés par Nicolas Dupont-Aignan, à l’image de celle qui redevient 1ère adjointe, Nicole Lamoth, qui est revenue sur « l’histoire d’amour avec les Yerrois » et leur maire : « qui aurait pu imaginer que Yerres, ville grise et endettée, devienne ce qu’elle est aujourd’hui ? » a-t-elle ainsi lancé à l’adresse de NDA. Du côté de l’opposition municipale, Daphnée Ract-Madoux (Modem) a témoigné d’un « respect réciproque dans le travail » avec lui, en expliquant apprécier « que mes propositions soient parfois reprises, dans l’intérêt général ». Elle a ensuite tressé des lauriers à son successeur Olivier Clodong, parlant de lui comme une personne « à l’écoute, conciliateur et constructif », et lui apportant par ailleurs son vote « de confiance ».

Ce qui a conduit le nouveau maire à être élu à l’unanimité des 33 conseillers municipaux présents. Les 2 élus PS n’ont pour leur part pas participé à la séance. Regrettant que le conseil ait été convoqué « seulement 6 jours » avant, ils ont mis en avant leur indisponibilité. Non sans rappeler « l’opposition et la dissidence de Monsieur Clodong, ouvertement et médiatiquement affichées au mois de mai dernier », ils lui reprochent des « arrangements » avec Nicolas Dupont-Aignan, selon eux « plus forts que les convictions ». Le nouvel édile a pour sa part remercié « mille fois » son prédécesseur, qui « continuera à piloter l’avion, à double-commande ». Il pourra même le remercier doublement, si il arrive à se faire élire à la présidence de l’agglo. Olivier Clodong s’est en effet déclaré candidat à la succession de NDA, contraint là aussi de remettre son mandat. La séance prévue ce mercredi 26 juillet s’annonce donc une nouvelle fois houleuse (notre dossier sur l’agglo). L’élection annoncée de François Durovray sera-t-elle contrariée par les élus de Yerres ?