C’est ici que le premier Tour de France s’est élancé en 1903. Il y avait donc logiquement du monde ce dimanche à Montgeron pour le départ de la dernière étape de la Grande Boucle 2017. Les commentateurs avisés n’ont d’ailleurs pas manqué de le souligner : « Il semble que le public soit plus nombreux que dans les rues de Marseille », là où se tenait la veille le contre-la-montre final.

Il faut dire que les dernières étapes ressemblent plus à un défilé qu’à autre chose. Le podium du classement général étant déjà connu (sauf catastrophe qui n’aura pas lieu), l’épreuve prend des airs de défilé avant de rejoindre les Champs-Élysées pour une arrivée en fanfare.

Soulagés de toute pression, les rescapés du Tour, comme on les appelle, se prêtent donc au jeu du public. Particulièrement attendu par les Essonniens massés au pied de leur bus, le trio de tête Chris Froome-Rigoberto Uran-Romain Bardet tient la corde. Le Britannique au maillot jaune, sifflé la veille à l’Orange Vélodrome de Marseille, est cette fois-ci accueilli par une nuée de fans à la recherche d’une photo ou d’un autographe du désormais quadruple vainqueur du Tour. Rigoberto Uran, lui, n’a pas manqué de saluer la dizaine de supporter colombiens qui avaient fait le déplacement pour l’occasion. Histoire de voir, quelques heures plus tard, leur champion se hisser sur la deuxième marche du podium du général. Enfin, Romain Bardet aura retrouvé le sourire après la perte de sa deuxième place la vieille dans la cité phocéenne. Le Français d’Ag2r a été félicité par plusieurs dizaines de personnes.

Les fans du Colombien Rigoberto Uran l'attendaient dès la sortie du bus (JL/EI)

Les fans du Colombien Rigoberto Uran l’attendaient dès la sortie du bus (JL/EI).

Au jeu de l’applaudimètre, c’est néanmoins deux autres Français qui l’emportent. D’abord Warren Barguil, le Breton du team Sunweb qui a ramené le maillot à pois de meilleur grimpeur et le prix de la combativité à Paris. Suivi de prêt par une autre « tronche » du vélo français qui disputait son dernier tour et donc la dernière étape de sa carrière : Thomas Voeckler, fêté comme il se doit par le public essonnien.

Karaté, handisport et canon à eau

À quelques mètres des coureurs, les plus chanceux auront également pu profiter du village départ où étaient représentés les partenaires du Tour, mais aussi du podium sur lequel ont défilé les forçats de la route au moment de la signature de la feuille de départ. 
Parmi eux, les deux régionaux de l’étape, les Essonniens Yoann Offredo et Tony Gallopin, attendus par le public. Si le premier participait à son premier Tour de France, le second bouclait ce dimanche son septième. L’occasion de faire montre de toute son expérience, et pas seulement au guidon de son vélo : « Vu ce qui arrive, je vais me cacher et je vous réponds après !  », a-t-il lancé le sourire aux lèvres aux Essonniens venus le saluer. Ces derniers, contrairement au coureur bien à l’abri derrière le rideau de son bus, n’auront pu éviter le passage de la caravane Vittel et de son canon à eau !

L'Essonnien Tony Gallopin a profité du passage de la caravane du Tour pour jouer avec ses fans (JL/EI)

L’Essonnien Tony Gallopin a profité du passage de la caravane du Tour pour jouer avec ses fans (JL/EI).

Car le Tour de France n’aurait pas la même saveur sans sa caravane et ses milliers de goodies lancés sur les routes de France. Alors en Essonne comme ailleurs, les spectateurs étaient prêts à tout pour récupérer les précieux cadeaux distribués. Jusqu’à demander aux forces de l’ordre de ramasser porte-clés, peluches, maillots et autre stickers tombés devant les barrières. Enfin, la fan-zone installée sur la Pelouse de Montgeron a accueilli écran géant et activités sportives en tous genres : karaté, ping-pong, VTT, initiation à l’handisport et même Tour de France virtuel. Avant que la Grande Boucle, la vraie, ne conclut sa 104e édition sur les Champs-Élysées.

JL/EI
Dimanche 23 juillet, près de 10 000 Essonniens étaient présents à Montgeron pour le départ de la dernière étape du Tour de France 2017 (MB/EI).
MB/EI
MB/EI
Pour certains Essonniens, le balcon restait le meilleur moyen d’apercevoir les coureurs et la caravane du Tour (JL/EI).
MB/EI.
JL/EI.
JL/EI
JL/EI
JL/EI
JL/EI
JL/EI
Les fans colombiens sont venus en nombre pour soutenir leur champion Rigoberto Uran (Cannondale), 2e au classement général (MB/EI).
Mais où est Christopher Froome ? (MB/EI).
Au pied du bus du maillot jaune, les fans se posent la question ! (MB/EI).