« En 2019, la Coupe du Monde féminine de football, organisée en France, donnera une nouvelle envergure à ce sport. Ainsi, c’est aujourd’hui l’opportunité de donner un nouvel élan au football féminin en Île de France ». Il ne restait déjà plus grand doute sur la fusion entre le FCF Juvisy (D1), et le Paris FC (N1). Ce jeudi, via un communiqué, les deux partis ont officialisé cette fusion tant attendue, et à effet immédiat. « Le 22 juin 2017, lors d’une Assemblée Générale exceptionnelle au sein du club essonnien, la cession des droits a été votée, puis validée deux jours plus tard par le COMEX de la FFF », indique le communiqué. « Dans une volonté de cohérence et de développement, l’union des deux clubs s’effectuera sous le nom du Paris Football Club. »

Conséquences de cette fusion, la disparition du FCF Juvisy, du moins de son appellation. Le club féminin issu de la fusion portera en effet le nom du Paris FC Féminines, et sera présidé par Marie-Christine Terroni, désormais ex-présidente du FCF Juvisy. Grâce à cette fusion, le club féminin phare du département entend bien poursuivre sa progression quelque peu stoppée ces dernières années par l’émergence des clubs professionnels. « Le statut amateur de Juvisy ne lui permet plus aujourd’hui de rivaliser avec les clubs professionnels qui se développent à grande vitesse. Afin de grandir face à ces clubs, rester compétitif et retrouver l’UEFA Women’s Champions League, obtenir le statut professionnel est une nécessité« , poursuivent les deux parties dans ce même communiqué.

Plus qu’un simple changement de dimension au niveau économique, ce nouveau club espère franchir un cap au niveau national dès les prochaines années. « L’expertise du FCF Juvisy donnera l’opportunité d’attirer les meilleurs talents franciliens, dans le but de créer un centre de formation performant qui pourra regrouper dans les prochaines années les joueurs masculins et féminins du Paris FC », précise le communiqué. « Avec près de 1 100 licenciés, dont 400 féminines, le Paris FC étend son rayonnement et détiendra par ailleurs la plus grande section féminine de France ». 

Et si le club féminin ne portera plus son nom historique datant de 1971, il devrait pouvoir garder une certaine identité. Ainsi le nom de « Juvisy Essonne » devrait se retrouver sur les nouveaux maillots du club, « ainsi que sur les supports de communication ». Le stade Robert Bobin de Bondoufle, souvent remis en question, fera partie intégrante du projet. A ce niveau-là, pas de changement, le Paris FC Féminines y jouera ses rencontres à domicile, bien que certaines d’entre elles pourraient être délocalisées à Charléty, dans le 13e arrondissement de Paris, terrain de l’équipe masculine.

Une équipe masculine qui a manqué de peu l’accession en Ligue 2 en cette fin de saison, et dont le manager général sera toujours Pierre Dreossi. Pierre Ferracci reste quant à lui à la tête de toute l’entité. « Ce rapprochement est l’un des axes du développement du projet du Paris FC dont l’ambition demeure de devenir le club du Grand Paris. Le lien entre Paris et le département de l’Essonne se trouve ainsi renforcé, et le territoire du Paris FC étendu. Ensemble, nous serons plus forts », peut-on lire à la fin du communiqué alors que le site internet du FCF Juvisy sera intégré à celui du Paris FC au cours de ce mois de juillet.

Le communiqué entier est à retrouver sur le site du FCF Juvisy