Le coroner du Québec affirme que les délais d’acheminement vers l’hôpital ont « très probablement » conduit à la mort du bébé.

MONTRÉAL – Un coroner québécois a conclu qu’un bébé de sept mois d’une communauté des Premières nations du Nord, décédé d’une méningite en avril, aurait pu survivre s’il n’avait pas fallu autant de temps pour l’amener à l’hôpital.

Niteïyah Chilton est décédée d’une méningite bactérienne après qu’il ait fallu environ cinq heures et demie pour l’amener en ambulance à un hôpital régional, et plus de huit heures et demie pour l’amener à un centre pédiatrique spécialisé à Montréal.

La coroner Géhane Kamel a écrit dans son rapport que le retard dans l’accès aux soins a « très probablement » affecté les chances de survie de l’enfant.

« Il semble très probable que les délais de cette importance aient eu un impact sur la survie du nourrisson et justifient une réflexion sur les moyens de les réduire et d’éviter que cela ne se reproduise », a-t-elle écrit dans un rapport daté du 21 octobre.

Une infirmière de la communauté de Manawan, à environ 250 kilomètres au nord de Montréal, a appelé le 911 dans la nuit du 2 avril après que le bébé ait souffert de convulsions et de problèmes respiratoires. L’enfant avait commencé à présenter des symptômes le 31 mars, mais l’infirmière avait d’abord dit à ses parents de lui donner du Tylenol, peut-on lire dans le rapport.

Le service d’ambulance local était déjà débordé, ce qui a obligé la famille à attendre plus d’une heure et 45 minutes l’arrivée d’une ambulance d’une autre communauté.

L’enfant est arrivée à l’hôpital régional à 2 h 30. Peu après, les médecins ont décidé de la transférer à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal, ce qui a entraîné une nouvelle attente de 30 minutes pour une ambulance. Elle n’est arrivée à Montréal qu’à 5 h 30 du matin, soit plus de huit heures et demie après l’appel au 911. À ce moment-là, son pronostic était sombre.

Lire aussi:  Le CF Montréal obtient son billet pour les séries éliminatoires grâce à un match nul 2-2 contre Columbus.

Elle a été déclarée morte le 4 avril.

La cause du décès était une méningite bactérienne, « suite à un traitement d’urgence reçu trop tard », a conclu Mme Kamel dans son rapport. La mort a été jugée accidentelle.

Mme Kamel a souligné le manque de personnel et les problèmes d’horaires dans le secteur des ambulances, en particulier dans les zones reculées, qui « ont malheureusement contribué au manque de services fournis à la population de Manawan ».

Étant donné le manque de ressources dans les communautés éloignées, elle a exhorté la province à  » réfléchir à des solutions qui sortent du cadre établi « .

Cela pourrait inclure, écrit-elle, une équipe de professionnels de la santé qui fournirait des soins préhospitaliers dans les communautés des Premières nations. Elle a ajouté qu’il fallait également trouver un moyen plus rapide d’amener les patients gravement malades à l’hôpital.

Bien que le transport par avion soit disponible dans certaines communautés, les hélicoptères seraient « plus polyvalents » pour les patients des régions éloignées, a-t-elle déclaré.

Mme Kamel a fait remarquer que la province a déjà promis un  » vaste projet  » pour transformer ses services préhospitaliers, y compris la possibilité d’un transport par hélicoptère, à la suite d’un autre rapport du coroner l’année dernière. Elle a exhorté la province à accélérer le processus autant que possible afin d’éviter d’autres décès.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 8 novembre 2022.

A propos de Fleury 3726 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*