Ça y est, c’est parti pour 3 540 km de souffrance. Depuis ce samedi 1er juillet, les 198 coureurs du Tour de France se sont élancés sous la pluie d’Allemagne pour un contre-la-montre inaugural de 14 km dans les rues de Düsseldorf. Parmi les engagés figurent deux Essonniens. Habitué de la course, Tony Gallopin rempile pour un septième Tour de France. Le coureur d’Angerville, ancien vainqueur d’étape en 2014 et porteur du maillot jaune la même année, n’a pas débuté la Grande Boucle sous les meilleurs auspices. Après avoir vu son domicile cambriolé ce samedi, le coureur d’Angerville a tâté le bitume dès les premiers kilomètres de course. Après avoir glissé sous la pluie, l’Essonnien a violemment percuté les barrières et s’est fait une entorse.

Au lieu d’abandonner, celui-ci a pris son courage à deux mains et a choisi de poursuivre la compétition. La deuxième étape qui menait les coureurs à Liège ne fut pas une partie de plaisir pour le puncheur de la Lotto-Soudal qui s’est fait distancé par le peloton dans les derniers kilomètres de l’étape.

Fortunes diverses pour un autre Essonnien. Yoann Offredo, le coureur de Linas-Montlhéry qui découvre le Tour de France à 30 ans, s’est illustré de la plus belle des manières pour sa première étape en ligne. Il a su prendre la célèbre échappée du jour. Parti dès le premier kilomètre, il a failli jouer la gagne aux côtés de l’Américain Taylor Phinney, mais il a été repris à moins de deux kilomètres de l’arrivée. Une première expérience qui semblait ravir celui qui a mis de côté le Tour au profit des classiques de début de saison durant tout le début de sa carrière.

Durant la prochaine semaine de course, nous pourrions bien revoir Yoann Offredo à l’attaque sur des étapes dont le profil l’avantage. Idem pour Tony Gallopin, enfin si sa cheville supporte le coup.