Le suspense devrait encore durer quelques mois. Ce mardi, Farida Amrani et Ulysse Rabaté, des membres de leur équipe dont Bruno Piriou et des militants de la France insoumise se sont rendus au Conseil constitutionnel déposer leur recours. Juste après le recours, c’est l’avocat des candidats, Hervé Tourniquet, qui mène une conférence de presse devant un parterre de journalistes politiques.

L’objectif des candidats essonniens de la France insoumise et de leur avocat est donc de contester le résultat des élections législatives sur la 1ère circonscription de l’Essonne, et de provoquer une enquête qui pourrait, espèrent-ils, faire annuler l’élection. Un résultat qui avait donné Manuel Valls gagnant à 139 voix près. Depuis ce dimanche soir de second tour, la France insoumise a parlé de nombreuses « irrégularités », de « photos et de vidéos » pouvant constituer des éléments à charge contre les équipes de Manuel Valls.

Le recours au Conseil constitutionnel de Farida Amrani a-t-il des chances d’aboutir ?

Mettant en avant le fait qu’il ne se trouve pas assez d’assesseurs de la France insoumise dans certains bureaux, l’équipe de Farida Amrani s’est emparée de plusieurs « preuves » que « cette élection ne s’est pas passée comme elle aurait dû se passer. »

Les journalistes présents n’auront pas accès aux détails du dossier, à cause du « secret professionnel » défendu par Hervé Tourniquet. Pour l’avocat des candidats, l’ensemble des pièces sont désormais « entre les mains de la justice de notre pays (…) en qui nous avons confiance ». Mais quelques éléments sont annoncés par l’avocat de Farida Amrani et Ulysse Rabaté. Il parle ainsi de problèmes « de signatures », dont « des dizaines et des dizaines » seraient suspectes. « Des graphologues vont se pencher dessus », annonce encore la France insoumise dans sa conférence de presse.

Devant les caméras, Ulysse Rabaté montre aussi un exemple de signature « suspecte », faite au crayon à papier et recouverte à l’encre. « C’est comme si on avait voulu imiter la signature, en s’entraînant d’abord au crayon à papier », s’interroge une militante.

Une des signatures mises en cause par la France insoumise de la 1ère circonscription. (DR)

Une des signatures mises en cause par la France insoumise de la 1ère circonscription. (DR)

Dans le pool presse, une journaliste de BFMTV informe l’avocat et les candidats qu’elle a été voir les électeurs correspondants à ces « signatures suspectes ». « J’ai rencontré 40 personnes, qui m’ont tous dit qu’ils avaient voté ». « Vous avez un avantage sur nous, c’est que vous êtes journaliste, répond Hervé Tourniquet. Nous attendrons la fin de l’enquête. (…) Nous ne sommes pas des jusqu’au boutistes ».

23 nouveaux inscrits ?

Autre élément suspect annoncé par l’avocat, « 23 nouveaux inscrits entre les deux-tours, dans un même bureau de vote ». La ville du bureau de vote en question ne sera pas mentionnée.

Après étude des chiffres des bureaux de votes, des résultats par ville et sur la circonscription transmis par la préfecture, nous n’avons pas trouvé de différence sur le nombre des inscrits pour le second tour. Or, sur le site du Ministère de l’intérieur, 23 nouveaux inscrits apparaissent bien au second tour, sur la ville de Courcouronnes. Les chiffres disponibles font état d’un différentiel de 23 inscrits entre le premier et le second tour, leur nombre passant de 7 565 à 7 588. Des chiffres qui ne correspondent pas à ceux que nous avons recollé le dimanche 18 juin.

Les résultats transmis le 18 juin par la municipalité de Courcouronnes, qui donne un total de 7 565 inscrits sur la commune (DR)

Les résultats transmis le 18 juin par la municipalité de Courcouronnes, qui donne un total de 7 565 inscrits sur la commune (DR)

Stéphane Beaudet, maire de Courcouronnes, joint par Essonne Info ce jeudi, assure que le nombre d’inscrits dans sa ville n’a pas bougé pendant l’entre-deux tours. « Il faut une décision du tribunal pour cela. Il n’y en a pas eu », assure l’élu. C’est insultant pour les services et les agents qui ont donné de leur temps pour que ces élections se passent correctement. Il n’y a rien eu à signaler, et les procès-verbaux ont été signés. J’apprends tout cela par vous, et j’aurais aimé être prévenu. »

Pourtant, les chiffes du Ministère de l’intérieur sur la 1ère circonscription au second tour donnent bien 23 inscrits en plus, correspondant à la commune de Courcouronnes :
Les résultats inscrits sur le site du ministère de l'Intérieur, faisant apparaitre une différence de 23 inscrits entre les deux tours sur la 1ère circonscription de l'Essonne

Les résultats inscrits sur le site du ministère de l’Intérieur, faisant apparaitre une différence de 23 inscrits entre les deux tours sur la circonscription (Capture)

Erreur de saisie ou manipulation ? Ya t-il au final 71 177 électeurs ou bien 71 200 sur l’ensemble de la circonscription ? Si ces 23 nouveaux inscrits sont, effectivement, étranges, il faut noter qu’ils ne changent pas le résultat du scrutin en faveur de Manuel Valls. Ces nouvelles données apparaissent dans l’abstention.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer