Ons Jabeur : Une « boule de soleil » au bord de la gloire à Wimbledon

J’ai rencontré Ons Jabeur pour la première fois il y a dix ans, alors qu’elle était une jeune fille de 17 ans à qui l’on avait donné des wildcards pour participer aux tournois WTA de Doha et de Dubaï.

La Tunisienne avait remporté le titre junior de Roland Garros 2011 la saison précédente et cherchait à franchir le pas vers le circuit féminin, tout en étudiant simultanément pour son baccalauréat français au lycée.

Plusieurs choses m’ont immédiatement frappé dès notre première rencontre.

Elle était une boule de soleil, chaleureuse envers tous ceux qui l’entouraient et plaisantait avec chaque personne sur place au tournoi – que ce soit la serveuse qui lui servait son café dans le salon des joueurs, le garde de sécurité qui escortait les joueurs à leurs matchs, les officiels du tournoi, les autres joueurs.

Elle faisait ses débuts sur le circuit et pourtant, tout le monde la connaissait et voulait discuter avec elle.

Elle était aussi extrêmement talentueuse. Elle jouait un jeu créatif qui n’était pas commun sur le circuit WTA. Elle avait tous ces coups et ces tournoiements différents qui surprenaient ses adversaires et rendaient son jeu divertissant.

C’est un style de jeu cérébral qui repose sur la finesse, mais qui n’est pas encore totalement développé ; elle ne sait pas toujours quel coup utiliser au bon moment. Elle n’avait encore que 17 ans après tout.

La chose la plus évidente que j’ai remarquée est son ambition. Jabeur était très claire dans ce qu’elle voulait accomplir dans le tennis. « Je veux être une joueuse du top 10 », m’a-t-elle dit lors de notre première interview à l’époque. Elle reconnaissait qu’elle avait des choses à régler. Elle disait avoir des problèmes respiratoires et devoir travailler sa condition physique. Elle s’est blessée à la cheville, ce qui a nécessité une intervention chirurgicale. Elle a changé plusieurs fois d’entraîneur et de base d’entraînement, à la recherche de la bonne équipe et du bon endroit qui pourraient l’aider à transposer son succès chez les juniors sur le circuit féminin.

Jabeur est une adolescente, mais elle a l’air de quelqu’un qui a compris le sens des responsabilités dès son plus jeune âge. Elle peut passer du mode ludique au mode sérieux très rapidement, et peut discuter avec éloquence des défis à relever pour réussir sur le circuit et de son expérience en tant que Tunisienne essayant d’exceller dans un sport où peu d’Arabes ont réussi.

Contrairement à d’autres juniors de haut niveau de sa génération, Jabeur a pris son temps pour percer.

Après avoir remporté le titre chez les filles à Roland Garros, il lui a fallu six ans pour entrer dans le top 100 de la WTA, réalisant cet exploit en août 2017, juste avant son 23e anniversaire.

Dès lors, chacun de ses pas sur le court battait une sorte de record pour le tennis tunisien, arabe ou africain. Elle répondait constamment à des questions sur le fait d’être une pionnière pour sa région et elle a pris la décision, très tôt dans sa carrière, de considérer ce rôle comme un privilège, plutôt que comme une pression supplémentaire.

Lire aussi:  Baseball : Ohtani domine au début avant de trébucher dans la défaite contre les Braves

Aujourd’hui, elle est la première femme africaine à atteindre une finale de Grand Chelem et le premier joueur tunisien et arabe – homme ou femme – à atteindre une finale majeure dans l’ère Open, grâce à ses exploits à Wimbledon.

« J’ai toujours eu cela depuis le début de ma jeunesse », m’a dit Jabeur dans une autre interview.

« J’essaie d’être humble à ce sujet. Quand je vais à la Fed Cup et que je vois des joueurs des pays africains comment ils me félicitent, comment beaucoup veulent prendre des photos avec moi, je vois à quel point je suis important pour le tennis africain.

« Et quand je vais dans les pays arabes, je vois les Arabes comment ils réagissent à mon égard, et évidemment la Tunisie aussi. Voir les jeunes enfants, comment je peux les inspirer, pour moi ce n’est pas un poids lourd, c’est un privilège incroyable. »

Si je devais préciser quand ou comment les choses ont commencé à vraiment se mettre en place pour Jabeur, ce serait autour de 2018 et 2019, lorsqu’elle a finalement créé une équipe stable autour d’elle, comprenant ses compatriotes tunisiens Issam Jellali, son entraîneur principal, et Karim Kamoun, son mari et entraîneur de fitness. Sa psychologue sportive Mélanie Maillard est également un pilier essentiel de son camp.

Jabeur s’est mariée fin 2015 alors qu’elle n’avait que 21 ans. Son mariage a eu lieu après sa participation à l’événement WTA Rising Stars à Singapour, qui a vu Jabeur et Naomi Osaka, entre autres, en marge du tournoi phare du circuit, les WTA Finals.

Nous avons eu un dîner mexicain à Singapour qui a servi de pseudo-enterrement de vie de jeune fille pour elle, et elle a parlé de sa décision de se marier si jeune.

« C’est un choix de se marier à cet âge », m’a-t-elle dit. « J’ai 21 ans, oui, mais je ne me vois pas comme n’importe quel autre jeune de 21 ans qui va à l’université et qui a une vie régulière. J’ai commencé à voyager à un très jeune âge et je me sens prête à me marier.

« Mon futur mari est un athlète [fencer] Il peut donc vraiment m’aider et me soutenir. Beaucoup de gens m’ont dit que j’étais trop jeune pour me marier, mais je ne veux pas perdre mon temps. Si je veux être avec lui pour le reste de ma vie, je veux juste commencer maintenant. »

C’est ça le truc avec Jabeur, elle n’a jamais rechigné à assumer pleinement ses décisions, que ce soit dans sa vie professionnelle ou personnelle. Elle sait qu’elle peut faire des erreurs, mais elle a toujours dit que même si elle en faisait, au moins c’était à elle de les faire.

Maillard, son coach mental, m’a récemment confié dans une interview pour Le National que Kamoun a « apporté de la stabilité » à la vie éreintante de Jabeur en tournée.

En plus de la stabilité et du soutien et des façons évidentes dont Kamoun a aidé Jabeur, l’équipe dans son ensemble partage beaucoup plus que des objectifs liés au tennis. Ils ont des valeurs communes – ils sont le groupe le plus gentil qui soit – et partagent un sens de l’humour et une joie de vivre.

Lire aussi:  Golf : Cameron Smith remporte le British Open, Yuto Katsuragawa est 47e.

Une fois, je les ai rejoints pour une excursion matinale à la Grande Muraille de Chine pendant le tournoi de Pékin. Nous étions là-haut vers 7 heures du matin et toute l’équipe de Jabeur chantait et dansait, jouant de la musique sur un haut-parleur portable et s’amusant comme des fous.

Une fois à Wuhan, je rencontrais Jabeur et Kamoun à leur hôtel et nous avons fini par jouer aux cartes et discuter avec la femme qui se produisait chaque soir dans le hall. Jabeur savait tout de la chanteuse, depuis les raisons pour lesquelles elle voulait quitter Wuhan jusqu’à ses espoirs et ses rêves pour l’avenir. Elle s’est liée d’amitié avec elle en l’espace de deux jours.

Qu’elle partage un rire avec Novak Djokovic ou qu’elle garde les enfants de ses collègues lors des tournois, Jabeur est restée fidèle à elle-même depuis ses débuts dans la catégorie junior, alors qu’elle n’était pas classée dans le top 1000, jusqu’à aujourd’hui, où elle est numéro 2 mondiale et prête à disputer une finale à Wimbledon.

« Je pense qu’Ons est un modèle incroyable, déjà par rapport à son parcours, sa façon de jouer, sa façon d’être en dehors du court. Peu importe qu’elle soit numéro 2 mondiale, je veux dire, elle n’a jamais changé ; c’est impressionnant parce que cela fait aussi d’elle une personne extraordinaire », a déclaré l’Allemande Tatjana Maria, la femme que Jabeur a battue en demi-finale de Wimbledon jeudi.

« Je pense qu’elle le mérite. J’espère qu’elle pourra aller jusqu’au bout. »

L’ampleur de la réaction à la course de Jabeur à Wimbledon cette quinzaine est quelque chose que je n’avais jamais vu auparavant de la part du monde arabe envers une femme athlète. C’est comparable à la façon dont la région a réagi à Mohamed Salah, qui a transcendé le sport ces dernières années.

Des célébrités, des hommes politiques et des personnes de tous horizons saluent Jabeur dans des messages sur les médias sociaux. Elle leur a montré qu’une jeune fille issue d’une famille de la classe moyenne tunisienne peut un jour atteindre la finale de Wimbledon.

Comme c’est le cas pour le « roi égyptien » du football, Jabeur est admirée pour ses exploits sportifs, mais elle est vraiment aimée pour son caractère et son humilité.

Elle a déclaré à plusieurs reprises qu’elle espérait inspirer les gens du monde arabe et du continent africain à dépasser les obstacles et les barrières et à croire en eux-mêmes.

Qu’elle gagne ou non Wimbledon samedi, c’est certainement une mission accomplie pour la reine tunisienne.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*