Quelques 70 heures de travail, au rythme de 10 heures par jour, et voilà le visage de Darya exposé sur un immeuble du quartier de Jules Vallès à Evry. Darya, c’est cette veille dame de 83 ans, habitante d’un village de Sibérie, autour du lac Baïkal, chez qui l’artiste Hendrik Beikirch s’est rendu afin de s’immerger dans une culture qui lui était jusqu’alors inconnue. Là-bas, cet artiste allemand de 43 ans, alias ECB, réalise des clichés, et se lance ensuite dans l’élaboration de son nouveau projet. Celui-ci aura donc pour thème la Sibérie, et la représentation, à travers le monde, de paysans âgés de cette partie du globe pour le moins méconnue. Onze portraits seront alors peints sur des murs, du Pakistan à la Russie en passant par la Corée du Sud et la Grèce, pour un projet d’environ trois ans qui accouchera notamment d’un livre représentatif du travail accompli.

Après l’Allemagne et sa ville de Mannheim, c’est donc à Evry qu’Hendrik Beikirch a posé peinture et rouleaux pour réaliser cette oeuvre monumentale. Une oeuvre par ailleurs conçue dans le cadre du Festival ‘Wall Street Art’ de Grand Paris Sud, et qui sera inaugurée ce mercredi à partir de 18h30 sur la place du quartier en présence notamment de Francis Chouat, maire de la ville. « C’est une star mondiale qui travaille essentiellement sur les portraits de personnes âgées. Il a déjà fait un projet sur le Maroc et les vieux paysans marocains », raconte Gautier Jourdain, directeur artistique du festival. « Il travaille toujours avec des gens âgés aux visages marqués. C’est sur les visages marqués qu’on peut vivre les images d’une vie ».

Inauguration ce mercredi à partir de 18h30 sur la place du quartier Jules Vallès d’Evry.