Ils ont été candidats ou élus dans le département, et ce sont pour ces élections législatives, « expatriés » sur d’autres terres d’élection. Pour des résultats qui n’ont pas toujours été à la hauteur. Revue de situation pour ces quatre ex-Essonniens.

Il avait été élu avec succès au second tour de 2012 (6ème circonscription, Massy Palaiseau), en rassemblant 57,77% des voix pour son quatrième mandat. Nommé entre-temps ministre de la Ville (jusqu’en 2014), François Lamy avait annoncé fin 2014 qu’il rejoignait Lille pour militer avec Martine Aubry. Candidat cette année dans la 1ère circonscription du Nord (Lille Centre, Sud, Sud-Est), l’ancien maire de Palaiseau n’a pas pu prendre la suite du député PS Bernard Roman. Il est nettement battu au premier tour, terminant à la cinquième place (9,14%), derrière les candidats EM, FI, UDI-LR et FN. Une déconvenue de taille pour François Lamy, que Martine Aubry aimerait pourtant voir lui succéder dans le fauteuil de maire.

Autre députée sortante de l’Essonne (4ème circonscription, Longjumeau Limours), Nathalie Kosciusko-Morizet concourrait cette année dans la 2ème circonscription de Paris (5ème arrondissement et parties du 6ème et 7ème). L’ancienne candidate à la mairie de Paris se qualifie pour le second tour, mais termine à plus de 20 points du candidat EM Gilles Le Gendre (18,13% contre 41,81%). L’Essonnienne apparaît donc en très grande difficulté face dans la capitale.

Laurent Jacobelli et Philippe Olivier (FN) accèdent au second tour, respectivement dans les Bouches-du-Rhônes et le Pas-de-Calais

Laurent Jacobelli et Philippe Olivier accèdent au second tour, respectivement dans les Bouches-du-Rhônes et le Pas-de-Calais (Archives Essonne Info)

Lui n’était pas député, mais aimerait bien l’être. « Lui », c’est Philippe Olivier. Le beau-frère de Marine Le Pen, devenu son conseiller durant la campagne de la présidentielle, plus précisément co-directeur du pôle ‘idées et image’, a été parachuté dans la 7e circonscription du Pas-de-Calais. Étiqueté Front national, l’ancien conseiller municipal d’opposition de Draveil a réussi à se maintenir pour le second tour. En récoltant 10 033 voix, soit 24,40 % des suffrages, ce dernier est donc arrivé en tête du premier tour. Dimanche, il aura pour adversaire au second tour le candidat LR, Pierre-Henri Dumont. Le maire de Marck a obtenu 8 907 voix, soit 21,67 %.

Enfin, Laurent Jacobelli, un ancien cadre du parti de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) a cette année reçu l’investiture FN pour cette élection. L’ancien candidats DLF aux départementales 2015 sur le canton d’Athis-Mons a été propulsé sur la dixième circonscription des Bouches-du-Rhône. Celui-ci s’est maintenu au second tour face au député sortant, l’écologiste François-Michel Lambert (32,47%), en réalisant un score de 21,88%.