L’émetteur de Stablecoin Circle transfère les réserves de l’USDC dans un fonds géré par BlackRock.

La société américaine de paiements de pair à pair Circle a transféré une partie de ses réserves de pièces stables en USD (USDC) dans un fonds contrôlé par BlackRock, une société de gestion d’actifs de 10 000 milliards de dollars.

Dans un billet de blog écrit par le directeur financier de Circle, Jeremy Fox-Geen, l’émetteur de stablecoins affirme qu’il s’efforce de minimiser les risques de liquidité, de contrepartie, opérationnels et de réputation afin de garantir aux détenteurs d’USDC qu’ils peuvent échanger leurs actifs cryptographiques contre des dollars américains sur une base 1:1 à tout moment.

Pour atteindre cet objectif, Fox-Geen dit qu’il place une partie de ses réserves dans le Circle Reserve Fund de BlackRock.

« Grâce à notre partenariat avec BlackRock, nous avons commencé à investir dans le Circle Reserve Fund pour gérer une partie des réserves de l’USDC. Nous prévoyons que la composition des réserves continuera à être d’environ 20 % de liquidités et 80 % de bons du Trésor américain à court terme.

Le Circle Reserve Fund est un fonds monétaire gouvernemental enregistré selon la règle 2a-7, géré par BlackRock Advisors, LLC, et son portefeuille sera composé de liquidités et de bons du Trésor américain à court terme. »

Selon le billet de blog, le fonds est uniquement disponible pour le Cercle. Fox-Geen indique également qu’ils prévoient d’investir le produit des avoirs actuels du Trésor de la société dans le Circle Reserve Fund de BlackRock.

Le mois dernier, Jeremy Allaire, PDG de Circle, a déclaré que la société avait pour objectif de devenir une banque numérique à réserve intégrale, par opposition à une banque à réserve fractionnaire qui ne dispose que d’une partie des fonds des déposants à un moment donné.

Lire aussi:  Charles Hoskinson, de Cardano, prédit que les crypto-monnaies joueront un rôle important dans le rachat de Twitter par Elon Musk.

« Nous voulons être une banque de monnaie numérique à réserve intégrale. Nous aimerions qu’un cadre existe pour cela. Nous aimerions demander cette licence si une telle licence était disponible… Nous pensons que le monde a besoin d’un système bancaire à réserve intégrale. Nous pensons que le monde a besoin d’une monnaie de base beaucoup plus sûre et c’est ce que représentent les monnaies stables. Et donc, si cela devient quelque chose que, disons, la Réserve fédérale supervise, et que nous avons en quelque sorte reçu une charte et opéré de cette manière et que nous avons le niveau de supervision qui va avec, c’est absolument quelque chose que nous ferons. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*