Certains l’appellent le dégagisme, d’autres le renouvellement. Peu importe. Force est de constater qu’il s’agit bel et bien de la tendance politique du moment. À l’image des résultats essonniens, la 10e circonscription de l’Essonne (Grigny, Fleury-Mérogis, Morsang/Orge, Sainte-Geneviève-des-Bois, Saint-Michel/Orge) n’a pas échappé à la règle, au plus grand bonheur des heureux élus du soir : Pierre-Alain Raphan et Charlotte Girard (voir les résultats commune par commune).
Le premier, investi par La République En Marche !, participe à sa première campagne politique. Il remporte ce second tour avec 26,68% des suffrages et arrive en tête dans quatre communes sur les cinq que compte la circonscription. La seconde, figure nationale de la France Insoumise, accède au second tour avec 15,55% des voix pour sa première expérience législative. Tous ont réussi leur pari : en finir avec les partis traditionnels.

Première victime du soir : Malek Boutih, député sortant, éliminé dès le premier tour. Elu en 2012 avec 56,84% des voix, le socialiste n’a su réitérer la performance. Pire, il termine en 4e position avec 12,39% des voix : « Les logiques territoriales n’ont pas compté, c’est normal dans ce genre d’élection », observe-t-il, lucide. Au même moment, le vainqueur du soir fait son entrée à la mairie de Sainte-Geneviève-des-Bois où sont centralisés les résultats, applaudi par une poignée de fidèles : « Je pense que Pierre-Alain Raphan gagnera avec 70% au second tour », prophétise Malek Boutih, avant d’aller le féliciter.

10e circo : La politique de la ville au coeur des programme

Si la vague La République En Marche ! était plus ou moins attendue, la présence de la France Insoumise au second tour était en revanche loin d’être acquise. Et pour cause, sa candidate Charlotte Girard n’était pas parvenue à s’entendre avec le maire de Grigny Philippe Rio, candidat du Parti communiste français (PCF) et Isabelle Catrain, d’Europe écologie les Verts (EELV), ouvrant ainsi la porte à la division. Mais à 22h dimanche soir, une clameur est venue dissiper tous les doutes : Charlotte Girard accède au second tour des législatives grâce à… 379 voix d’avance sur Marianne Duranton (UDI/LR). Déjà défaite au second tour par Malek Boutih il y a cinq ans, cette dernière a également fait les frais du « sortez les sortants » : « Je m’attendais à être au second tour mais je me préparais aussi à ce que ça ne soit pas le cas au vu de la dynamique En Marche !, reconnaît-elle, très déçue. C’est une élection à nul autre pareil, qui a surpris tout le monde. Les électeurs ont choisi deux inconnus qui ne leur apporteront pas grand-chose. On verra s’ils s’intéressent vraiment à la circonscription et à ses problématiques ».

Vers quel report pour le second tour ?

En attendant, les deux finalistes ont savouré leur victoire du soir, conscients que la dernière ligne droite sera décisive : « Je suis ému, satisfait mais vigilant. Rien n’est acquis et le faible taux de participation nous oblige à relativiser les résultats, déclare Pierre-Alain Raphan. J’espérais être en tête mais je ne pensais pas récolter autant de voix ». Avec 26,68% des suffrages exprimés et près de 3 000 voix d’avance sur sa rivale, le candidat macroniste semble partir favori pour accéder à l’Assemblée national. Mais il devra composer avec les 55,50% d’abstentionnistes dénombrés lors de ce premier tour, un record pour la circonscription : « Au moins, il n’y aura pas d’ambiguïté car nos deux programmes sont vraiment opposés. On va tout mettre en œuvre pour convaincre les indécis car nous sommes condamnés à réussir. Les électeurs auront le choix entre une vision progressiste portée par le projet d’Emmanuel Macron et un programme de confrontation permanente ». S’il devrait pouvoir compter sur le soutien de Malek Boutih qui avait sollicité l’investiture En Marche ! avant de se réclamer de « la majorité présidentielle », il devra en revanche faire sans l’appui de Marianne Duranton : « Si à l’avenir, il y a la volonté de travailler ensemble au niveau local, on le fera, précise-t-elle. Mais je ne ferai campagne ni pour l’un, ni pour l’autre ».

De son côté, Charlotte Girard, ravie de ce résultat, espère obtenir le soutien de Philippe Rio (PCF) et Isabelle Catrain (EELV), ce qu’elle n’a pas réussi à faire lors de ce premier tour. Et là encore, la tâche s’annonce ardue : « Je respect l’autonomie de ces organisations, annonce-t-elle. Néanmoins, nous avons des intérêts communs, Monsieur Rio a assez répété que son programme était à 99% compatible avec le mien ». Ce dernier, crédité de 10,72%, termine en sixième position, une voix derrière la candidate du Front national, Lucie Dedi. Mais il l’emporte largement dans sa ville de Grigny (39,66%) : « Je suis heureux de voir que les Grignois m’ont choisi et que le député sortant soit éliminé, déclare celui qui a été soutenu par une trentaine de socialistes de la circonscription. Comme l’a dit Mandela :Quand je gagne, je gagne. Quand je perds, j’apprends’. On est en pleine recomposition à gauche et j’appelle d’ores et déjà au tour social ». Quant à son éventuel soutien à la candidate de la France Insoumise : « Rien n’est encore fait. Je suivrai les accords nationaux. Ils seront discutés jusqu’à mardi ».

Enfin, Isabelle Catrain se réjouit que les électeurs puissent « clairement choisir entre deux programmes radicalement différents » et ne confirme pas non plus son soutien à Charlotte Girard : « On va se réunir mardi pour prendre une décision. On n’oublie pas qu’elle nous a fermé la porte pendant la campagne mais nous sommes aussi capables de faire fi des postures ».
Les dés sont jetés, donc, mais les jeux ne sont pas encore faits : « La configuration de la circonscription, ancrée à gauche, a sans doute fait la différence, conclut Charlotte Girard. Les mouvements qui ont fait campagne sur la moralisation de la vie politique et le renouveau ont été récompensés. On va continuer la campagne de terrain et se présenter devant les électeurs avec des arguments de fond ». « Nous sommes condamnés à réussir, concède pour sa part Pierre-Alain Raphan. Ça se jouera programme contre programme ». Une chose est sûre, dimanche 18 juin au soir du second tour, la 10e circonscription de l’Essonne changera bien de main. Une première depuis 1988.

10e circo : les résultats officiels

Pierre-Alain Raphan (LREM) = 26,68% (7 093 voix)
Charlotte Girard (FI) = 15,55% (4 134 voix)
Marianne Duranton (UDI/LR) = 14,13% (3 755 voix)
Malek Boutih (PS) = 12,39% (3 294 voix)
Lucie Dedi (FN) = 10,72% (2 850 voix)
Philippe Rio (PCF) = 10,72% (2 849 voix)
Isabelle Catrain (EELV) = 4,92% (1 307 voix)
Valérie Fleury (DLF) = 3,02% (1 307 voix)
Marianne Hardy (UPR) = 0,98% (261 voix)
Chantal Duboulay (LO) = 0,90% (238 voix)

Abstention : 55,50% contre 50,45% pour l’Essonne et 51,29% au niveau national

Voir les résultats commune par commune

Tous nos dossiers sur la 10e circo de l’Essonne