« J’ai surtout eu peur ». Par ces mots, Jean-Marie Vilain, le maire de Viry-Châtillon, revient sur la soirée particulière qu’il a passée ce dimanche soir. Peu avant 22h, l’édile de cette commune de plus de 30 000 habitants est alerté de l’arrivée de plusieurs dizaines de caravanes sur l’avenue du Président Kennedy, face à Renault F1. « Ils occupaient l’avenue sur les deux sens et se dirigeaient vers le stade Eric-Durand. Je suis alors allé à leur rencontre devant l’entrée du stade pour éviter qu’ils ne forcent l’entrée », se souvient le maire de Viry-Châtillon. C’est là que les choses ont tourné au vinaigre selon le maire. « Je ne voulais pas qu’ils entrent illégalement sur ce terrain. Je me suis donc mis devant le portail. C’est là que j’ai senti un premier coup sur le côté. Ensuite j’ai senti qu’on me portait pour me mettre sur le côté afin qu’ils puissent entrer sur le terrain », résume le maire qui a été admis aux urgences de Juvisy quelques instants plus tard. Ce dernier en ressortira avec deux jours d’incapacité totale de travail (ITT). « Physiquement, ça va aller. Je suis plus traumatisé psychologiquement qu’autre chose », dévoilait-il ce lundi.

Ainsi, 90 caravanes sont entrées sur le stade annexe Eric-Durand dans la nuit de dimanche à lundi. « D’autres sont attendues », complète Jean-Marie Vilain qui a saisi la préfète de l’Essonne pour demander une procédure d’expulsion immédiate des Gens du voyage. « Malheureusement, nous n’avons pas de solution pour accueillir ces caravanes. Ils veulent rester là trois semaines. Pendant ce temps, que va-t-on faire des activités scolaires et sportives qui devaient se tenir sur ce terrain ? », se questionne alors le maire de Viry-Châtillon qui a déposé plainte au commissariat concernant son agression. « On ne peut pas laisser passer des actes comme ceux-là sans rien faire », conclut-il.