Le développeur de Polkadot (DOT) s’adresse à la SEC et affirme que le jeton DOT est passé de la sécurité au logiciel.

Un cadre supérieur de l’équipe de développement derrière Polkadot (DOT) affirme à la Commission des valeurs mobilières des États-Unis (SEC) que le jeton natif de la blockchain d’interopérabilité ne compte plus comme une sécurité.

Dans un nouveau billet de blog, Daniel Schoenberger, le directeur juridique de la Fondation Web3, explique à la SEC que DOT s’est transformé d’un titre en logiciel et ne relève plus de la juridiction de l’agence de régulation.

« Au fil des ans, nous avons développé ce que nous croyons être une théorie viable sur la façon dont la transformation des jetons peut être réalisée pour un projet de plus en plus décentralisé, comme Polkadot, et un actif numérique qui, à part le fait d’avoir été offert et vendu initialement à des fins de collecte de fonds, ne présente pas, lui-même, des caractéristiques semblables à celles d’une sécurité. Nous avons partagé cette théorie à plusieurs reprises avec la SEC…

Conformément aux vues que nous avons partagées avec le personnel de la SEC, nous sommes heureux d’annoncer que DOT, l’actif numérique natif de la blockchain Polkadot, s’est transformé. Selon nous, les offres et les ventes actuelles de DOT ne sont pas des transactions de titres, et DOT n’est pas un titre. Il s’agit simplement d’un logiciel ».

Schoenberger affirme que si DOT aurait pu être considéré comme une valeur mobilière au départ, l’équipe à l’origine du projet s’est assurée de faire tout son possible pour le transformer, y compris en discutant avec la SEC.

« Nous étions prêts à faire tout ce qu’il fallait pour que DOT, le jeton natif de la blockchain Polkadot, soit – ou devienne – une valeur non sécurisée. Et donc, nous avons décidé d’essayer de prendre la SEC FinHub [Strategic Hub for Innovation and Financial Technology] sur l’offre de « venir et de nous parler ». »

Le dirigeant poursuit en disant que la SEC était ouverte et disposée à communiquer, ce qui a conduit la Fondation Web3 à créer des solutions aux problèmes que l’organisme de réglementation pouvait avoir concernant la transformation du DOT.

Lire aussi:  Jeremy Allaire, PDG de Circle, affirme que les cas d'utilisation des crypto-monnaies restent importants après la débâcle de FTX.

« Notre expérience a été positive. La SEC a accueilli favorablement les réunions avec la Fondation Web3, et il y a eu un esprit de communication et de dialogue ouvert. Ces interactions continues nous ont permis de mieux comprendre certaines des préoccupations de la SEC et nous ont aidés à élaborer des solutions pour y répondre. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*