La ville de Grigny abrite la Cuisine Mode d’Emploi(s) (CME), l’école fondée par le chef étoilé Thierry Marx en 2012. C’est la première école de ce type en Essonne mais la cinquième en France puisqu’il en existe déjà à Paris, Besançon, Marseille et Villeneuve-Loubet. Le chef est parti d’une volonté de créer un centre de formation qui répond à plusieurs critères : la rapidité, la gratuité et l’accessibilité à tous. Véronique Carrion, la directrice générale des CME explique que « Thierry Marx voulait que les élèves soient des demandeurs d’emplois. Nous avons des jeunes en insertion, des personnes en réinsertion et d’autres en reconversion ».

Un programme qui convient parfaitement à la commune de Grigny où 50% des jeunes n’ont pas de diplômes et où le taux de chômage avoisine les 40%. Le maire de la ville Philippe Rio a mis un point d’honneur à la culture de la formation. « Nous avons déjà des centres de formation sur la fibre optique et ça faisait deux ans qu’on cherchait à héberger cette école ». Les locaux de Cuisine Mode d’Emploi(s) se situent à la place de l’ancienne cuisine centrale où pas moins de 3 000 repas par jour étaient préparés à l’époque. « Nous n’avions pas d’argent pur détruire ces locaux, donc l’école lui donne une seconde vie et c’est le cas pour les élèves également », raconte Philippe Rio.

Une seconde vie

« Vous allez me faire une brunoise de courgettes » déclare Ludovic, le formateur. Immédiatement, les futurs cuisiniers se mettent au travail. Appliqués et concentrés, ils découpent, hachent et tranchent minutieusement. Tous en uniforme, ils sont semblables aux élèves CME de toute la France. Lundi 15 mai, un kit de cuisine a été remis aux nouveaux élèves, tablier, toque, couteaux, etc… Les apprentis ont de 22 à 56 ans et sont tous des cuisiniers en herbe. Venant pour la majorité de l’Essonne, il y en a une qui vit en Seine-Saint-Denis. Les neuf élèves de Cuisine Mode d’Emploi(s) de Grigny ont une motivation sans faille dans le but de devenir chef ou traiteur. Et de la motivation il en faut, car le programme est intensif et court. « Pendant 8 semaines ils sont formés dans nos locaux avec des cours de 8h30 à 16h30, puis ils ont 4 semaines en entreprises », explique Ludovic.

Après ces 12 semaines, un diplôme leur sera remis. L’écoute est mise en avant par le formateur qui prend le temps de briefer son équipe et d’entendre les remarques de chacun, les difficultés ou autre. Les apprentis cuisiniers sont conquis par ce programme. Chanta, 28 ans, est arrivée à Grigny il y a deux ans. Diplômée d’un BTS, elle a décidé de changer de secteur pour devenir traiteur. Pour Jean-Michel en revanche, il était déjà dans la cuisine mais en tant que commis. « Je fais cette formation pour acquérir plus d’expérience et surtout pour le travail qu’il y a à la fin », s’enthousiasme l’homme de 52 ans.

 Manger chez Thierry Marx

Après une semaine de cours, Rozana de Sainte-Geneviève-des-Bois est heureuse, à 46 ans elle a enfin trouvé sa voie. « J’étais responsable recrutement dans le BTP donc c’est une reconversion totale puisque mon souhait est d’ouvrir un traiteur italien, j’ai déjà mon business plan ». Cette formation est pour elle l’expérience qui lui manquait pour être crédible face aux banques. « Je suis épanouie, tous les jours on apprend et on peut s’entraîner chez nous », ajoute t’elle. Des exercices culinaires en tous genres, que Ludovic apprend à décliner : « si nous faisons une mayonnaise, nous faisons ensuite des œufs durs puis des œufs mimosas et ainsi de suite ».

Une première promotion grignoise prometteuse qui présage un bel avenir à la structure. Alpha Wane, le responsable du site annonce qu’il y aura des nouveautés dès septembre prochain. « Nous allons ouvrir une section poissonnerie, il y aura donc deux promotions ». La rentrée 2017 verra également l’ouverture du restaurant d’application, c’est à dire que les apprentis cuisinerons pour les entreprises et les particuliers un à deux jours par semaine.

Vous pourrez donc savourer les plats concoctés par ces nouveaux cuisiniers essonniens.